Accueil du site > Musique > 2016 > Fai Baba - Sad & Horny

Fai Baba - Sad & Horny

vendredi 9 décembre 2016, par Marc


La musique est souvent affaire d’évocations, à un tel point que l’origine des artistes est souvent anecdotique, et de plus en plus difficilement identifiable. Au niveau de l’ambiance, Fai Baba est plus proche de Tom Wolfe accompagnant les premiers hippies (relisez The Kool-Aid Acid Test) que des alpages suisses dont provient ce duo formé par Fabian Sigmund qu’accompagne le batteur Domi Chansorn. Ceci dit, il faut être dans une forme correcte et pas sous LSD pour assurer une musique pareille parce que ce cinquième album (on n’a pas vu passer les autres, désolé) montre une belle maîtrise.

Sad & Horny est donc à la croisée de quelques chemins. Un qui mène vers un psychédélisme chargé de guitares (pas saturées ni poussées en avant du reste), d’intensité purement musicale et de densité emballante. L’exemple le plus avancé étant sans doute le véloce Can’t Get Over You dont le chorus final est assez magistral dans le genre et est peut-être la principale attraction de l’album. C’est dense, solide et la folie maitrisée leur permet de repartir à l’envi.

Les autres chemins mènent vers une langueur space (Don’t Belong Here) ou plus aquatique, voire même les formes les plus avancées et aventureuses d’Atlas Sounds sur Geographical Tongue. Find Me A Woman est tout d’abord un morceau très détendu puis bon, la même progression d’accords permet de partir et de s’élever, le tout en un peu plus de quatre minutes.

La voix n’est pas démonstrative mais sa versatilité lui permet de réussir la voix de tête sur le convaincant Why Do I Feel So Alone. Toujours chouettement psychédélique, cet album n’est pas non plus monotone puisqu’on peut y croiser de la langueur assez fondante (Nobody But You), la compacité de Fainted Lover, le blues plombé de Straight Man ou la douceur de Lucky. Il y a aussi des morceaux qui se sont frayé un chemin vers la mémoire pour y rester (Don’t Belong Here).

Sans doute parce que le son rond et léger correspond bien à ces morceaux plus intenses qu’il n’y parait, j’ai passé un long moment avec Fai Baba et je ne peux que vous conseiller de faire la même chose.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0