Accueil > Critiques > 2016

Trentemøller - Fixion

jeudi 15 décembre 2016, par marc


La versatilité d’Anders Trentemøller n’a jamais pu être mise en doute. On pense aux remixes de ses propres morceaux ou aux véritables leçons du genre qu’il a déjà donné. On est donc un peu surpris de poursuivre une marotte plus unique ici. Il n’a jamais caché son affection pour les heures sombres (musicalement parlant) des années ’80 et c’est cette tendance qu’on retrouve ici.

Les sons du premier morceau semblent en effet être quelque part entre Joy Division et The Cure. On cherche à quel album vintage ça nous fait penser et on s’accorde sur Faith pour Redefine, le chant étant évidemment notoirement différent de celui de Robert Smith. On est aussi tellement proche des sons Fascination Street (autre monument curesque) avec la conjonction de guitares froides et d’une grosse basse sur Never Fade que c’en est bluffant. Mais quand on aura aussi évoqué d’autres fans des froides eighties que sont A Place To Bury Strangers (Circuits) pour une version évidemment moins âpre que chez les New-Yorkais, on aura fait le tour des ressemblances littérales. Parce qu’à l’instar de la série Stranger Things, c’est une façon de faire qui est privilégiée et c’est le contenu qui prime.

On retrouve en effet sa patte propre sur Sinus ou sur le plus atmosphérique Phoenicia. Ce sont aussi ces morceaux qui permettent de faire le lien avec la solide discographie du Danois, lequel surclasse de la tête et des épaules la même relecture contemporaine de Moby.

Comme souvent avec lui, les collaborations vocales sont légion (Lisbet Fritze, l’habituée Marie Fisker), et on notera surtout le sautillant et robotique River In Me chanté par Jehnny Beth de Savages. Quand la voix susurre sur Complicated, c’est à une autre Beth (Gibbons de Portishead) qu’on songe.

Fixion est donc l’album d’un passionné qui a troqué son bel éclectisme pour une passion poussée à fond. On retrouve surtout un gros talent au service d’un album qui fera moins date mais fera plaisir à ses fans et aux amoureux de la froideur eighties.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)