Accueil > Musique > 2016 > Séance de Rattrapage #51 : The Bronzed Chorus, Early Spring Horses, (...)

Séance de Rattrapage #51 : The Bronzed Chorus, Early Spring Horses, Pépite

vendredi 30 décembre 2016, par Marc


Dernières découvertes de l’année avant de se plonger dans le grand bain de la rétrospective.

The Bronzed Chorus - Summering

Tout le post-rock n’est pas instrumental, tout l’instrumental n’est pas post-rock et c’est dans cette relation non bijective qu’on placera le duo New-Yorkais. Certes, on les présente comme pratiquant du math-rock mais on est loin des poncifs rythmiques compliqués du genre.

C’est donc une musique gentiment expérimentale et assez directe. Le premier Don’t Go To The Pool Party monte déjà bien joyeusement, avec une volonté de gigoter qui fait plaisir à voir.

La batterie est évidemment assez fouillée, même si peu mise à l’avant-plan. Books joue ainsi sur la variation, et la réussit. Cette pulsation qui a déserté des formation comme Tortoise (et les rendant bien ennuyeuses à mes oreilles) est bien là et on pense à des formations comme Holy Fuck ou Berg Sans Nipple mais avec un son propre, ne reculant pas devant de plus grosses guitares (Tin Roof Burrito). Au final, cette musique expérimentale vise le plaisir simple et ravira les amateurs de rythme non hystérique.

Early Spring Horses - What the Wood Whispers to Itself

Early Spring Horses est le prête-nom du Suédois Vincent Stockholm et est d’une douceur inattaquable. Un piano, il n’en faut parfois pas plus pour lui. S’il est souvent léger (Ariel), il distille sans coup férir ses arpèges répétitifs et entêtants.

Mais il ne vise pas l’arrache-cœur ou la jolie balade à tout prix puisqu’on entend aussi une pulsation électronique légère sur Across The Roaring Forties, lui conférant une vraie tension. The Bark quant à lui se fait plus acoustique, avec d’élégantes cordes.

La voix grave et ce piano peuvent aussi renvoyer aux œuvres de Sol Invictus et Death In June sans évidemment l’aspect sulfureux. La voix est étrangement proche de celle de Laurent Leemans (Chaos In My House sur ses traumas d’enfance) et toujours chaleureuse.

Très subtil sans être éthéré, cet album d’Early Spring Horses plaira immédiatement aux amateurs de belles choses pas fades, à ceux qui prendront le temps de s’imprégner d’une douceur sans mièvrerie ajoutée.

Pépite - Les Bateaux

Et si finalement, c’était ce qui était le plus proche du familier qui pouvait paraitre le plus singulier. Ce qui est trop éloigné ne semble pas étrange puisqu’on n’essaie pas d’y appliquer nos codes. Les quatre titres du duo parisien Pépite (c’est chez Microqlima) est tout de suite familier, mais pas complètement, et si on apprécie assez vite ce qu’on y entend, il faut se laisser imprégner pour que l’effet soit maximal.

Cette pop est chantée en français, ce qui est non seulement courageux mais aussi assez pertinent. Pourquoi se faire passer pour ce qu’on n’est pas ? On pense par moments à Christophe qui jouerait avec Beach House, ce genre de collision. Mais c’est le climat de langueur, la densité qui emportent l’adhésion.

Les titres se ressemblent un peu, dégageant une vraie cohérence. Dans le détail, c’est plus subtil, et décolle véritablement avec le languide Eviter Les Naufrages avant d’enfoncer le clou par Les Hiéroglyphes et nous laisser sur les guitares acides de Les Bateaux. On réserve donc son ticket pour un vrai album qui viendrait entériner cette belle promesse.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)