Accueil > Musique > 2017 > The XX - I See You

The XX - I See You

lundi 30 janvier 2017, par Marc


The XX n’est pas un groupe dont le succès aurait pu être anticipé. Certes, il a toujours produit des albums très personnels et ils ont réussi à survivre à un premier album brillant, mais on s’était tellement habitués à la relative confidentialité de ce qui nous touche que le succès est l’exception (Arcade Fire, The National, Beirut…). Et est toujours réconfortant. Plus fort encore, leur musique a été utilisée dans tellement de contextes (publicitaires, films et séries) qu’ils semblent définir partiellement le son de notre époque.

On sentait que l’évolution allait venir. Elle n’était peut-être pas perceptible sur Coexist mais en entendant le très bon In Colour de Jamie XX en 2015, on a senti qu’il viendrait polliniser les productions de son groupe de base. Certes, il aurait pu garder ces deux expériences séparées mais il a logiquement préféré jouer l’intégration. Cet I See You se présente donc comme le chaînon manquant entre Coexist et In Colour.

Ce sont en effet des cuivres et un beat qui nous accueillent sur Dangerous. Les voix restent le marqueur majeur de leur son et ce sont elles qui permettent de faire le lien avec le reste de leur discographie. Elles sont toujours chaleureuses et languides d’ailleurs, mais ne dominent plus les débats comme avant, notamment parce qu’elles sont inclues dans des morceaux nettement moins infusés de sons froids.

Mais cette langueur peut aussi se faire moins touchante (Say Something Loving). L’émotion est affaire personnelle, et on aimait tellement que leur minimalisme nous touche qu’on trouve l’écoute de cet album moins gratifiante. Ou plutôt, le plaisir est plus intellectuel, plus basé sur la démarche que le résultat. Ce qui fait qu’on apprécie la cohérence de l’ensemble, mais on est amenés à chercher au détour de chaque morceau les motifs de s’enflammer.

Ils sont encore là à petite doses fort heureusement comme sur la fin instrumentale de Test Me. Avant, les montées se faisaient en facteur sur des lignes de guitares froides, elles s’envisagent maintenant avec des beats sur A Violent Noise ou sur un break de batterie (Brave For You). Tout reste plaisant, leur ton triste n’était jamais trop élégiaque et dispensant un peu de moments plus relevés au sein du morceau (Replica). Leur nouvelle façon garde cependant les arpèges tristounes (Brave For You), qu’ils peuvent dans leurs meilleurs moments mêler de violon cassé (Performance). La voix de Romy Madley Croft s’y révélant plus touchante que quand elle se veut languide. On même droit à des harmonies vocales sur Lips auxquelles on n’était pas habitués.

Et c’est une des choses les plus positives dans leur métamorphose. Tout comme le plus relevé On Hold qui est ce qu’il y a de plus immédiatement plaisant et a logiquement été choisi comme single annonciateur. Il comporte un bon vieux sample de Hall & Oates et ce sera le seul alors que l’album de Jamie XX en était truffé.

En évoluant de façon sensible, The XX déplace aussi son centre de gravité et le fragile et miraculeux équilibre qu’ils atteignaient. Le résultat nous touche moins, tout en confirmant un virage réussi. La retenue n’est plus ce qui séduit maintenant, et il faut aller dans le détail des morceaux pour trouver des raisons de s’enthousiasmer, tout en appréciant l’ensemble. Tout semblait en place pour une chute artistique fort longue pour The XX. On a vu tellement de groupes ne jamais se remettre d’un premier album parfait et cherchant la sortie pendant plusieurs années (Bloc Party ou Foalsavec des fins plus ou moins heureuses) qu’on est finalement contents de voir que leur évolution ne les éloigne pas trop de nous. Certes, on ne fera pas semblant d’avoir autant vibré que par le passé mais la certitude de les voir rester pertinents compense le manque d’émotions ressenti.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)