Accueil > Musique > 2017 > Drab Majesty - The Demonstration

Drab Majesty - The Demonstration

mercredi 8 février 2017, par Mathusalem


Dilemme existentiel… Se doit-on de ne poster que des œuvres proposant une quelconque innovation, fut-elle présente en quantité infinitésimale, quand on cultive la curiosité comme une vertu cardinale ?

Parce qu’alors cette publication ne mériterait pas sa place… Quoique si, finalement, car même si on tourne en rond avec le revival 80’s depuis une bonne vingtaine d’années, The Demonstration mérite pourtant qu’on y décoche deux tympans attentifs.
Drab Demure, c’est le nom du personnage Pierrotlunaire que s’est fabriqué Andrew Clinco, de Los Angeles.

Tout seul, à ses heures perdues (il frappe sur des tambours dans plusieurs formations), notre talentueux multi-instrumentiste lâche la bride de son imaginaire, il en sort parfois de petites mélodies évanescentes qui semblent dotées d’une vie propre, comme des rêves éveillés que Deb s’empresse de capturer, les figeant sur un support solide quelconque.

Ceux qui avaient vingt ans en 80 et ceux qui s’intéressent aux riches heures de l’histoire du Rock noteront d’emblée que des références flagrantes telles que The Chameleons, Clan of Xymox, The Sisters of Mercy, Tears for Fears et parfois même New Order s’y bousculent… Et puis que tout l’attirail emblématique de la décennie incriminée (Synthé analogique, pédales Flanger, Delay et Chorus poussées dans leurs derniers retranchements, mastering glacial et cristallin) y répond Présent, aussi.

Le fait que ces petites perles soient en quelque sorte nées d’un projet schizophrène sur des bases régressives temporelles si chères à Freud nous permettrait d’embrayer vers des supputations d’ordre psychanalytique… On pourrait s’imaginer régressant vers le confort illusoire d’un quelconque stade antérieur… (Une autre façon, plus pédante,d’interpréter l’inoxydable « C’était mieux avant »),mais on n’en fera rien, on oublie tonton Sigmund et on écoute The Demonstration de Drab Majesty, c’est tellement plus jouissif.

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)