Accueil > Musique > 2005 > Daft Punk : Human After All

Daft Punk : Human After All

mercredi 16 août 2006, par Marc


Autant le dire tout de suite, le duo français m’inspire des sentiment contrastés. Positifs pour le premier album frais et fort réussi. Fort négatifs pour les insupportables frasques inispirées sur fond de manga aux couleurs vomitives (l’absolument insupportable One more time).

Peu de groupes ont pu trouver si vite un son reconnaissable mais il semblent prisonniers de leurs propres tics. Si les Daft punk sont restés de très bons tritouilleurs de son (le très Fatboy slim Technologic, The brainwasher) l’inspiration ne semble plus à son zénith.

Les robots découvrent les guitares. Ca, c’est le concept de base de l’album et montre l’indigence à peine croyable du propos. C’est finalement ce qu’il y a de plus fumeux. Ce qui aurait été innovant il y a 25 ans (pensez qu le premier album de suicide en a presque trente) ne l’est plus deux décennies après Kraftwerk. Le riff de Robot rock qui d’ailleurs se révèle supérieur à l’original a quand même plus de vingt ans au compteur et l’époque actuelle fait bien mieux (les Chemical Brothers, Le Rubin Steiner de ’Your life is like a Tony Conrad concert’), sans compter que les groupes intéressants font l’inverse, c’est à dire incorporer de l’électronique à leurs instruments (de Garbage à Radiohead).

Quelques règles de base pour "la musique électronique pour les nuls" maintenant : Un peu de vocodeur, c’est bien, du vocodeur systématique c’est pesant (Televison rules the nation). Répéter une seule phrase, voire un seul mot c’est vite horripilant (Emotion, The prime time of your life). On est parfois plus efficaces en ne disant rien (The brainwasher)

Au final donc, des moments qui vont encore nous faire transpirer mais tout semble si prévisible et entendu que Daft punk devra se remettre sérieusement en question pour survivre. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)