Accueil > Musique > 2017 > Xiu Xiu - Forget

Xiu Xiu - Forget

lundi 20 février 2017, par Marc


On replonge toujours dans le monde inquiétant de Xiu Xiu avec un peu d’appréhension, comme quand on descend dans une cave humide qu’on n’a pas encore exploré. Mais on sait aussi que cette cave peut receler des trésors et on en remonte soulagés et ravis.

Dès les premières écoutes, on sait qu’on n’a pas affaire à un Xiu Xiu trop obscur. Surtout le premier morceau The Call qui ne présente pas de rupture trop rude. On y entend certes quelques éructations mais ce ne sont pas elles qui cristallisent l’attention. La relative accessibilité dépendra bien entendu de votre acceptation du ton très affecté de James Stewart, lequel est un marqueur fort mais aussi un potentiel écueil pour l’auditeur trop occasionnel.

Les sons qui parsèment les morceaux peuvent être anxiogènes mais il y a toujours ce moment de recentrement, cette concentration autour d’une densité du son qui apporte une intensité jamais démentie. Queen of The Losers comprend tout ça. De même, Forget est un de ses bons morceaux (tous albums confondus) parce qu’il dégage une immense intensité avec l’électronique forte et puissante. Les morceaux plus nus comme Petite ne sont pas exagérément désolés. Il s’en dégage une émotion véritable, tout aussi palpable sur le poignant Faith, Torn Apart.

Il n’en abandonne évidemment pas son auto-flagellation pour autant (Do you hate because I seem so stupid sur Get Up) mais l’intensité en est simple, directe avec un son légèrement distordu. Et si la conjonction de gros son et de lignes mélodiques claires et faciles rend Hay Choco Bananas immédiatement sympathique, il pousse les curseurs tellement loin sur la fin que si l’accessibilité est réelle, elle reste limitée à un public un rien averti et curieux.

On retrouve aussi au casting de cet album de vieilles connaissances comme John Congleton ou Greg Saunier (Deerhoof) mais aussi Kristof Hahn des Swans ou Charlemagne Palestine. Des collaborations de haut vol donc pour un album qui marque un retour à une forme plus compacte après s’être frotté aussi bien à des standards folk que la musique de Twin Peaks.

Un film d’horreur qui ne fait pas peur peut être considéré comme raté, voire ridicule. Libéré d’une part de sa composante anxiogène, cet album de Xiu Xiu n’en garde pas moins tout son intérêt, parce qu’il conforte d’autres manières de rester intense. Plus soyeux peut-être, mais toujours singulier et sans concession, l’univers de James Stewart livre un de ses hauts faits avec ce Forget.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)