Accueil > Musique > 2017 > Fufanu - Sports

Fufanu - Sports

lundi 27 février 2017, par Marc


Comment réchauffer une musique froide ? C’est une question que beaucoup de groupes ont dû se poser à un moment donné. L’origine islandaise de Fufanu pourrait apporter un début de réponse, tant la faculté de l’île à produire une musique rêveuse est réputée, pourtant ce n’est pas là qu’il convient de chercher.

En effet, cette musique tendue, parfois presque robotique a une autre botte secrète, un passé electro (en tant que Captain Fufanu) parfaitement digéré et intégré. Le résultat est ici plus rond que sur leur premier album. On sent sur Gone For More qu’ils peuvent à l’envi créer de la densité de son.

Le chant toujours étrangement détaché et cette distance permet paradoxalement à des morceaux de décoller tout en rentrant les griffes avant de bondir sur une montée bien sentie (Syncin In). Ils maitrisent de façon impressionnante la montée lente sur Bad Rockets ou Restart et comme ils n’ont pas multiplié les appels du pied sur cet album, ça prend un relief tout particulier.

Facile à aborder finalement, la musique de Fufanu est à une confluence, celle des moments suspendus et vintage tels qu’on pu nous les offrir I Love you But I’ve Chosen Darkness et la fièvre du Fujiya & Miyagi. L’ambiance est cependant un peu différente, moins propre peut-être, plus viscérale et robotique à la fois.

Ce Sports reste au final assez discret, ce qui contraste avec l’abattage du chanteur sur scène. Ils ont visiblement décidé de privilégier la litote sonore, se basant sur une inattaquable solidité plutôt que gonfler artificiellement des morceaux qui n’en ont pas besoin. Quoiqu’il en soit, ce groupe a une vraie personnalité, une vraie particularité qui pourtant semble ne rien devoir aux autres formations islandaises.

Un gros moteur diesel plein de couple et pas pétaradant pour un sou, c’est l’analogie motoriste inspirée par ce second album de Fufanu qui dans le registre sportif de son titre est un athlète d’endurance qui peut démarrer au train dès que la route s’élève.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)