Accueil > Musique > 2017 > Nadine Khouri - The Salted Air

Nadine Khouri - The Salted Air

lundi 13 mars 2017, par Marc


Il est des personnalités qui savent se rendre tout de suite familières. Le cas de la Libano-Britannique Nadine Khouri est assez frappant à cet égard. Une voix suave, toute seule ou presque sur le premier morceau et on est d’emblée captivés, captifs. Mais elle ne poursuit pas cette veine qui rappelle quelques excellents souvenirs de Dead Can Dance ou Nico et elle enchaîne avec une belle ampleur dès I Ran Thru The Dark qui monte sur des cordes soyeuses.

La voix est belle, grave et posée. Elle n’a besoin que d’un peu de piano pour faire prendre son envol à un Jerusalem Blue d’une langueur délectable. Elle trouve en tous cas le niveau de niveau de romantisme qu’il faut sans doute aidé par cette vieille connaissance de John Parrish (le producteur de P.J Harvey entre beaucoup d’autres choses). Elle se place donc assez vite dans la lignée des chanteuses qui nous sont chères, de Marissa Nadler à Emily Jane White.

Quand le ton se fait plus dissonant (mais très légèrement tout de même), c’est dans la mesure d’une Lisa Germano (Daybreak) qui aurait pris des vitamines. Parce qu’il y a aussi des moments plus minimaliste où la voix n’est supportée que par quelques cordes, retrouvant la même nudité hiératique que Bat For Lashes (The Salted Air).

Et quand un morceau comme You Got a Fire commence sur un mode mineur et n’accroche pas l’attention, il peut réserver une belle montée et se révéler long en bouche comme certains bons Feist. Elle n’a pas besoin de grand’chose pour s’exprimer. Quelques chœurs, un martellement et Shake it Like a Shaman prend son envol. Un peu d’orgue et on a la belle balade Catapult.

Cette litanie de noms de chanteuses pourrait faire croire à un manque de personnalité mais il n’en est évidemment rien. C’est un talent affirmé qu’on vous propose ici, et si les noms évoqués vous plaisent, vous ajouterez sans problème Nadine à la liste.

http://www.nadinekhouri.com/music/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)