Accueil > Musique > 2017 > Nadine Khouri - The Salted Air

Nadine Khouri - The Salted Air

lundi 13 mars 2017, par Marc


Il est des personnalités qui savent se rendre tout de suite familières. Le cas de la Libano-Britannique Nadine Khouri est assez frappant à cet égard. Une voix suave, toute seule ou presque sur le premier morceau et on est d’emblée captivés, captifs. Mais elle ne poursuit pas cette veine qui rappelle quelques excellents souvenirs de Dead Can Dance ou Nico et elle enchaîne avec une belle ampleur dès I Ran Thru The Dark qui monte sur des cordes soyeuses.

La voix est belle, grave et posée. Elle n’a besoin que d’un peu de piano pour faire prendre son envol à un Jerusalem Blue d’une langueur délectable. Elle trouve en tous cas le niveau de niveau de romantisme qu’il faut sans doute aidé par cette vieille connaissance de John Parrish (le producteur de P.J Harvey entre beaucoup d’autres choses). Elle se place donc assez vite dans la lignée des chanteuses qui nous sont chères, de Marissa Nadler à Emily Jane White.

Quand le ton se fait plus dissonant (mais très légèrement tout de même), c’est dans la mesure d’une Lisa Germano (Daybreak) qui aurait pris des vitamines. Parce qu’il y a aussi des moments plus minimaliste où la voix n’est supportée que par quelques cordes, retrouvant la même nudité hiératique que Bat For Lashes (The Salted Air).

Et quand un morceau comme You Got a Fire commence sur un mode mineur et n’accroche pas l’attention, il peut réserver une belle montée et se révéler long en bouche comme certains bons Feist. Elle n’a pas besoin de grand’chose pour s’exprimer. Quelques chœurs, un martellement et Shake it Like a Shaman prend son envol. Un peu d’orgue et on a la belle balade Catapult.

Cette litanie de noms de chanteuses pourrait faire croire à un manque de personnalité mais il n’en est évidemment rien. C’est un talent affirmé qu’on vous propose ici, et si les noms évoqués vous plaisent, vous ajouterez sans problème Nadine à la liste.

http://www.nadinekhouri.com/music/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)