Accueil > Musique > 2017 > Josy & The Pony vs The Poneymen - Hippodrone Club

Josy & The Pony vs The Poneymen - Hippodrone Club

vendredi 17 mars 2017, par Marc


La plantureuse compilation sortie en fin d’année passée l’a confirmé, le label serésien Freaksville est une île, un monde parallèle, les Galapagos de la chanson française. Le label de Benjamin Schoos abrite en effet quelques beaux spécimens de chanson déviante et on y distingue aussi une patte, une envie de faire de la musique différemment. Par exemple, La Femme ne pourrait pas se retrouver sur ce label (ceci n’est en rien un jugement de valeur) même si le genre pratiqué est proche. Question d’état d’esprit, d’approche, de distanciation.

Laquelle est assez poussée ici puisque cette rencontre entre Josette Ponette et The Poneymen débouche sur un album assez délirant. Pensez à des B52’s imbibés de Cara Pils, une chanson française avec une grosse touche de garage et de fun. Mais la musique pour de rire, il faut, c’est une obligation, la faire sérieusement. Le dernier morceau instrumental de dix minutes qui montre qu’on n’est pas là (que) pour rigoler et il sert de contrepoint au premier morceau aussi instrumental.

Entre les deux, ils se concentrent sur le thème du poney. Sissi. On avait déjà eu une flopée de groupes dont le nom tournait autour du sympathique animal (Poney Express, Pony Pony Run Run, Pony Hoax…) mais rarement on avait à ce point fait le tour de la question avec autant d’aplomb. Cet aplomb permet d’ailleurs tout, même Ce soir on va faire la fête/avec les poneys et les ponettes/on mangera des tomates-crevettes/Et en chantera à tue-tête.

Remarqués dans des concours tout-à-fait officiels (Humo rock Rally, Franc’off) de notre joli pays, cette formation se permet même de rappeler En Route Pour La Joie de Noir Désir sur Whore & Horses. Ou alors du Dick Dale sous acide, question de point de vue… On retrouvera aussi en chemin un anglais tellement approximatif qu’il en devient délectable (Let’s Beer.. OK Pony), des cuivres (Hiii Hue Hiii Han) et même une certaine lassitude des poneys (marrant La Ponasse).

Album au neuvième degré et assez abrasif, cet Hippodrone Club prouve s’il en était besoin qu’il ne faut pas se prendre au sérieux pour l’être et constitue une petite randonnée furieuse et conseillée à dos de poney déchainé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)