Accueil > Musique > 2017 > Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1

Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1

lundi 20 mars 2017, par Marc


Les derniers albums de Fink étaient très enthousiasmants, et son style assez reconnaissable s’y épanouissait dans quelques montées électriques bien senties et maîtrisées. On a senti la fin d’un cycle, un certain aboutissement. Difficile d’encore monter en intensité en effet. Que faire dès lors ?

Changer de style, se mettre au blues dans ce qui est vendu comme un projet parallèle (la mention de ‘vol.1’ semblant même suggérer une suite possible). Si on comprend qu’il veuille marquer une petite rupture, montrer une évolution, c’est se donner un peu de mal pour pas grand’chose tant on sent tout de suite qu’on est dans le Fink pur jus. Certes, les structures de morceaux sont peut-être plus proches d’une orthodoxie pentatonique, évidemment qu’on distingue des progressions d’accords typiques, mais il est rigoureusement impossible de ne pas le reconnaitre. Parce qu’on ne peut ignorer que ce qui fait le sel des productions de Finn Greenall, c’est d’avoir toujours évolué d’une musique électronique et acoustique à la fois vers plus d’organique, incorporant plus d’électricité au fil de l’eau.

Il a gardé ses sons éthérés dès Cold Feet, ses échos qui se répercutent, les structures apaisées et en apesanteur de She Was Right. On apprécie, bien évidemment, mais on ne perçoit pas facilement le lien avec le blues originel. On le retrouvera plus aisément sur Little Bump, dans la slide-guitar bien marquée de Boneyard ou avec l’harmonica trituré sur Hard To See You Happy. Le plus étrange, c’est qu’il lâche les morceaux les plus typiques en cours de route, comme si son auditoire avait besoin d’un échauffement.

Au rang des curiosités, on notera une troublante ressemblance vocale occasionnelle avec Neil Finn, le chanteur de The Veils qui eux aussi visitent les chemins de traverse d’un americana poisseux sur leur excellent dernier album. C’est patent sur Boneyard. Les mots ‘father’ et ‘mother’ qui ressortent du magma renforçant l’impression. Les paroles sont comme souvent psalmodiées, choisies sans doute plus pour leur musicalité que pour leur sens profond.

Pas exagérément longue, cette apparente récréation nous reconnecte avec Fink, ce qui est une bonne chose. Si le blues est un genre qui lui va bien au teint, il n’en garde pas moins une furieuse personnalité. N’empêche que ce qui est présenté comme un projet parallèle ne peut pas postuler aux sommets que constituent ses deux derniers et formidables albums.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)