Accueil > Musique > 2017 > Spoon - Hot Thoughts

Spoon - Hot Thoughts

lundi 3 avril 2017, par Marc


Voici encore un groupe qui pratique l’excellence comme un sport. Après un album très minimaliste et un fiévreux, ils ont décidé d’ajouté un peu plus d’éléments électroniques à leur musique. Bon, ne vous attendez pas à un déboulement de synthétiseurs, c’est surtout du Spoon. Ce qu’il faut noter surtout, c’est la volonté de ne pas se dénaturer tout en essayant des choses. Et les réussissant, leur neuvième album montrant toute leur maestria discrète.

Parce que même s’il y a de l’espace sonore ici, il faut aussi aller le chercher. Ou, plus précisément, le laisser venir. Complexes mais pas ardus, ces morceaux peuvent en effet ne pas se révéler lors des premières écoutes qui ne se révèlent pas toujours à la hauteur de l’attente (c’était ici l’’album de l’année 2014->1851] rappelons-le).

Hot Thoughts lance pourtant les hostilités avec une belle santé et ils haussent encore le ton sur WhisperI’lllistentohearit qui met ses guitares acides en avant. Il y a donc des moments de grâce, des montées fortes et subtiles sur Tear It Down. Mais si les chœurs sont là, ce n’est pas Arcade Fire, l’intensité se prend autrement.

Ce n’est pourtant pas dans les moments paroxystiques qu’on les identifie le mieux, mais au détour de la tension rentrée de Do I Have T Talk You Into It. Ou alors I Ain’t The One qui peut compter sur le talent de Britt Daniels pour ne pas décrocher. D’ailleurs, en sus de son écriture, la cohésion de la section rythmique fait mouche. Ce qui confère une belle pulsation de First Caress. C’est un peu plus électronique, mais c’est du Spoon pur jus, froid dans sa fièvre, lancinant dans son entrain. Et quand Pink Up se présente en morceau plus paisible, ça ne l’est jamais vraiment chez eux, il reste assez dense et finalement assez luxuriant en arrière-plan.

On notera aussi une étrange parenté entre l’intro de Shotgun et I Was Made For Loving You de Kiss. A ce niveau de notoriété, ça ne peut être que de l’hommage. Evidemment, le résultat est bien plus enthousiasmant que la vieille scie disco-metal. Ils nous laissent alors sur cette étrange dernière plage tout en saxo réverbéré.

De même qu’il m’a fallu un peu de temps pour me rendre compte à quel point Spoon est un groupe essentiel, un certain nombre d’écoutes est nécessaires pour renouer avec le charme et la force des Texans. C’est évidemment à contre-courant de notre époque de clips youtube arrêtés à la moitié du visionnage et de la playlist mondiale mais l’important n’est pas là. Album après album, sans jamais rien révolutionner, Britt Daniels et sa bande construisent une des plus passionnantes discographies de notre temps.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)