Accueil > Musique > 2017 > Clap Your Hands Say Yeah - The Tourist

Clap Your Hands Say Yeah - The Tourist

jeudi 20 avril 2017, par Marc


Etre à la mode peut-être une malédiction, parce que ça peut sous-entendre qu’on peut le plus l’être. C’est le sort qui semblait attendre Clap Your Hands Say Yeah il y a une douzaine d’années, quand leur nom un peu clette leur permettait de capter l’attention de la communauté myspace puis de la blogosphère (trucs qui ont disparu maintenant). Fort heureusement pour eux, ils ont pu s’extraire de leur landerneau indie maintenant daté pour rester pertinents, en devenant au passage une vraie valeur sure sur scène.

Combien de groupes phare de l’époque sont-ils encore là ? On ne fera pas le compte, on va se contenter de dire que ceux qui ont bien évolué depuis ne sont pas légion. A ce propos, il est amusant de voir que c’est Nick Krill qui est aux manettes parce qu’il a été un membre de The Spinto Band, groupe dans la lignée de CYHSY mais qui n’a pas survécu artistiquement au ressac indie au contraire de celui-ci qui semble meilleur que jamais.

La voix d’Alex Ounsworth est toujours étrange mais quand elle ne monte pas, le cachet est certain. Elle apporte aussi un ton reconnaissable, leur permettant sans avoir l’air d’y toucher, de mêler léger et sombre. Le côté léger est illustré par un premier morceau très éthéré entre guitare cristalline et basse ronde. Plus sombre et abrasif, Down (Is Where I Want to Be) explore des pistes plus post-punk et se pose en belle chose étrange, tout en rondeurs et en variations, montrant aussi que leur technique est discrète mais manifeste.

On avait identifié la patte des Talking Heads sur le premier album qui les avait révélés. Cette ressemblance est moins littérale maintenant mais dans les intentions et les résultats, on est encore plus proche de l’esprit du groupe de David Byrne, notamment dans les envolées en fin de morceau (Fireproof). Sachant ce dont ils sont capables en concert, ces passages tendus sont une promesse de bons moments sur scène. De même, ils aiment toujours repartir et faire passer un morceau en vélocité plus qu’en puissance (The Vanity of Things), ne desserrant pas l’étreinte (Better Off) ou utiliser originalement de l’harmonica dans un contexte sonore dense. Il apporte de la densité à Unfolding Above Celibate Moon (Los Angeles Nursery Rhyme) tout en langueur.

Ce album équilibré confirme que la sensation d’il y a douze ans est devenu un projet mature qui trace sa propre route. On le savait déjà, ça se confirme et c’est très bien comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)