Accueil > Musique > 2017 > The Wooden Wolf - Four Preludes Op.5

The Wooden Wolf - Four Preludes Op.5

lundi 24 avril 2017, par Marc


Il y a un nouveau The Wooden Wolf. Ça devrait être tout ce qu’on voudrait dire. Parce qu’à la relecture des compte-rendus précédents, il y a très peu de choses à modifier. Certes, les morceaux sont nouveaux, d’accord, il n’est pas identique au précédent mais ce cinquième opus est surtout une cinquième occasion de s’enthousiasmer et de répandre la bonne parole d’Alex Keiling.

On avait distingué deux tendances, une plus minimaliste et une plus orchestrée. On n’est pas franchement dans un de ces deux cas de figure extrême, avec un équilibre qui passe aussi par un séquencement judicieux.

La voix d’écorché est suffisamment maitrisée pour distiller de l’émotion. On a envie d’y croire, on est en empathie totale. Ce n’est pas une explication, c’est un constat simple qui se confirme sortie après sortie. On le sent dès Busy Being Born. L’arpège de guitare est en avant, mais il y a un peu de violoncelle en renfort. Discret, certes, mais suffisant pour enrichir le propos. On en entend plus sur It Takes and Angel to Make a Ghost et ce morceau en devient plus poignant encore.

On est alors prêts pour le plus sombre et pesant Little Green Eyes avant le retour au calme guitare-voix sur Four Bullets For Berta Cáceres (activiste Hondurienne pour info). Quatre titres seulement, voilà la raison de la frustration pour cet opus 5. Si vous découvrez l’artiste, plongez-vous simplement dans le reste. A l’inverse, on attend impatiemment l’Op. 6

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)