Accueil > Musique > 2017 > Fujiya & Miyagi - Fujiya & Miyagi

Fujiya & Miyagi - Fujiya & Miyagi

mardi 2 mai 2017, par Marc


Voilà un groupe qu’on suit depuis bien longtemps, qui existe d’ailleurs depuis 2000. Mais qui ont su évoluer, profiter de leur son cotonneux et hypnotique à la fois pour imposer sa personnalité. Rien n’avait changé vraiment mais on a senti sur l’album précédent que tout était plus en place, tenant bien mieux que par le passé la durée d’un album. On retrouve tout ça sur cette nouvelle livraison. On ne peut cependant pas parler de tout nouveau matériel, les deux EP sortis l’an passé se retrouvant intégralement ici, le solde constituant un troisième EP sorti en même temps que cet album. Le temps avait manqué pour en parler l’an passé, on est donc contents d’avoir l’occasion de traiter de cet album de fort belle facture.

Qui nous prend d’emblée par un premier morceau qui sent bon l’electro vintage. Il y a ces sons de synthés assez discrets mais bien référencés. On est à des lieues de la synthpop cependant puisque ce sont plus des choses hors d’âge des seventies qui sont évoquées ici. Utilisés sur un mode plus lent, ils transforment positivement un morceau comme To The Last Beat of My heart.

Ils n’ont pas cédé à la tentation de tout faire passer en force, leur subtilité restant une qualité jamais démentie. Ils reprennent donc le cours de leur electro-kraut dès l’enlevé Serotonin Rushes. On retrouve aussi à plusieurs occasions leur humour tongue-in-cheek avec quelques petites questions chafouines (Do you believe in psycho-analysis ? Because I believe it causes more damage than it fixes (Freudian Slips)).

Mentionnons aussi le texte assez acide d’Extended Dance Mix (oui, c’est le nom du morceau), gorgé de beats et qui pourrait constituer un petit clin d’œil au New Order des années ‘80. Etrangement, leur chant très efface est une marque de fabrique efficace et leur confère une certaine personnalité et de la cohérence. On en oublie donc les références très eighties (on pense parfois à The Cure) pour se concentrer sur leur mélange qui confirme sa singularité. Et qui peut se faire cotonneux ou plus direct quand ils lancent The Speed of Light ou relèvent R.S.I. d’électricité.

L’évolution du groupe de Brighton aura été lente et progressive. Leur base est restée la même mais leur science du son est indéniable et leur permet de stabiliser un mélange plus subtil qu’il n’y paraît. De plus, cet album qui supporte sans coup férir les hautes rotations est toujours apparu comme une pause bienvenue au milieu de choses plus âpres. A vous d’ajouter ce duo à votre quotidien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)