Accueil > Musique > 2017 > Fujiya & Miyagi - Fujiya & Miyagi

Fujiya & Miyagi - Fujiya & Miyagi

mardi 2 mai 2017, par Marc


Voilà un groupe qu’on suit depuis bien longtemps, qui existe d’ailleurs depuis 2000. Mais qui ont su évoluer, profiter de leur son cotonneux et hypnotique à la fois pour imposer sa personnalité. Rien n’avait changé vraiment mais on a senti sur l’album précédent que tout était plus en place, tenant bien mieux que par le passé la durée d’un album. On retrouve tout ça sur cette nouvelle livraison. On ne peut cependant pas parler de tout nouveau matériel, les deux EP sortis l’an passé se retrouvant intégralement ici, le solde constituant un troisième EP sorti en même temps que cet album. Le temps avait manqué pour en parler l’an passé, on est donc contents d’avoir l’occasion de traiter de cet album de fort belle facture.

Qui nous prend d’emblée par un premier morceau qui sent bon l’electro vintage. Il y a ces sons de synthés assez discrets mais bien référencés. On est à des lieues de la synthpop cependant puisque ce sont plus des choses hors d’âge des seventies qui sont évoquées ici. Utilisés sur un mode plus lent, ils transforment positivement un morceau comme To The Last Beat of My heart.

Ils n’ont pas cédé à la tentation de tout faire passer en force, leur subtilité restant une qualité jamais démentie. Ils reprennent donc le cours de leur electro-kraut dès l’enlevé Serotonin Rushes. On retrouve aussi à plusieurs occasions leur humour tongue-in-cheek avec quelques petites questions chafouines (Do you believe in psycho-analysis ? Because I believe it causes more damage than it fixes (Freudian Slips)).

Mentionnons aussi le texte assez acide d’Extended Dance Mix (oui, c’est le nom du morceau), gorgé de beats et qui pourrait constituer un petit clin d’œil au New Order des années ‘80. Etrangement, leur chant très efface est une marque de fabrique efficace et leur confère une certaine personnalité et de la cohérence. On en oublie donc les références très eighties (on pense parfois à The Cure) pour se concentrer sur leur mélange qui confirme sa singularité. Et qui peut se faire cotonneux ou plus direct quand ils lancent The Speed of Light ou relèvent R.S.I. d’électricité.

L’évolution du groupe de Brighton aura été lente et progressive. Leur base est restée la même mais leur science du son est indéniable et leur permet de stabiliser un mélange plus subtil qu’il n’y paraît. De plus, cet album qui supporte sans coup férir les hautes rotations est toujours apparu comme une pause bienvenue au milieu de choses plus âpres. A vous d’ajouter ce duo à votre quotidien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)