Accueil > Musique > 2017 > Haring - In Spaces

Haring - In Spaces

lundi 15 mai 2017, par Mathusalem


On les avait vus, son petit Laptop et lui, à La Chapelle, à Mons, autant vous dire que cela fait quelques années… Tellement jeune à l’époque qu’il peut se permettre de l’être encore aujourd’hui et après avoir creusé son trou dans le milieu Electro, s’être payé un passage à Dour tout en se confectionnant une renommée confidentielle aux USA...après avoir également vu une de ses compos servir de fond sonore à une pub de Dior, Yann (AKA Haring), musicien producteur natif de Mons désormais basé en notre belle capitale, s’est enfin décidé à sortir un album…

C’est vrai, on vous le concède, on parle très peu d’Electro ici… Pas qu’on y soit insensibles, mais plutôt par lucidité générationnelle… Parce qu’on l’a suivi d’une manière académique sans trop vraiment le vivre, ce genre musical.
Pourtant, c’est bête, mais il arrive que le réalisme cède la place au lâcher-prise, on dépasse le stade de l’analyse pragmatique, la musique tout à coup mérite d’être plus ressentie que simplement entendue…

Et c’est le cas ici...On s’est surpris à éprouver le besoin de s’écouter In Spaces en boucle et d’y découvrir, un peu comme dans les mondes sonores de Gold Panda,une forme de béatitude onirique, à l’image de celle que l’on ressent à l’arrivée de l’éclaircie, juste après l’averse.

Pour faire simple, le plaisir d’écoute en devient si puissant qu’il en virerait presque au bienfait thérapeutique.

Du bon boulot donc, Haring exploitant avec maîtrise une palette assez large d’émotions diverses, allant de la tension ténébreuse à l’illumination enjouée, comme si chaque morceau était construit sous la forme d’une sortie de migraine, Juste au moment où la pesanteur rythmique cède la place à l’euphorie volatile,autant apaisante qu’apaisée. Il existe des disques qui parviennent à faire du bien, celui-ci, en ce qui nous concerne du moins, en fait partie.

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

3 Messages

  • Haring - In Spaces 15 mai 2017 17:23, par Guismo

    Et tu es venu le voir samedi soir aux nuits ? Apparemment son meilleur concert (dixit Yann). Moi je suis juste arrivé pour Max Cooper (qui m’a mis une belle claque soit dit en passant).

    repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)