Accueil > Musique > 2005 > Death In Vegas : Milk It

Death In Vegas : Milk It

mercredi 16 août 2006, par Marc


En son temps, je n’avais pas trouvé le courage ou le temps de critiquer les deux opus de Death in Vegas. Parce que le revival Kraftwerkien de Satan’s circus m’avait laissé une impression fugace et que Back to mine n’était qu’une compilation... de morceaux d’autres artistes (de Nina Simone à Fad Gadget en passant par Joy Division et une foule de choses qui m’étaient inconnues) . C’est donc avec un vrai plaisir que je découvre un best of de Death in Vegas. Mais revenir à critiquer un Best of revient à critiquer une carrière et dans le cas d’une formation aussi variée (les albums donnent parfois la bizarre impression d’être des compilations de groupes différents) c’est mission impossible.

Car Death in Vegas constitue vraiment un cas à part : ayant touché à tout avec un rare bonheur, surtout grâce à des collaborations toujours fructueuses (Iggy Pop, Paul Weller, Liam Gallagher, Hope Sandoval...), ils constituent une bonne synthèse de différents courants de rock, pop et electro ayant traversé l’Angleterre ces dix dernières années. Il n’y a qu’à regarder les nombreuses utilisations de leurs titres qui est faites dans les pubs, parfois grandes révélatrices de tendances.

Comme les albums de Death in Vegas sont parfois inégaux (Scorpio rising excepté), on flaire la bonne affaire. Et en effet, chaque titre mérite sa présence. Qu’ils soient plus rock (Aisha, So you say you lost), plus pop (Soul Auctionneer, Scorpio rising), revival new wave (Your hands around my throat), folk, électonique instrumental (All that glitters).

Indispensable dans toute discothèque idéale pour laisser une trace de la musique contemporaine, et bonne introduction au reste qui contient aussi son lot de pépites (privilégiez Scorpio rising) (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)