Accueil > Musique > 2017 > Perfume Genius - No Shape

Perfume Genius - No Shape

lundi 5 juin 2017, par Marc


Rarement comme dans le cas de Mike Hadreas on a suivi un album éclos dans un registre intimiste pour prendre possession du monde. Il est sans doute facile de mettre en parallèle ses évolutions artistique et personnelle. La vérité, c’est qu’on n’en sait trop rien et que le résultat nous est livré ici avec un quatrième album qui se place dans la lignée des trois autres avec une logique implacable.

On avait senti que l’évolution de Mike Hadreas n’était pas un feu de paille, et ce quatrième album le confirme de belle façon. Notre attachement est tel qu’on lui pardonne même d’avoir collaboré avec Christine and The Queens.

Dès Otherside, on entend tout de suite un piano intime, une voix personnelle et seule. La différence, ce sont ces surgissements intenses. Comme s’il semblait soucieux d’assurer une continuité, une transition, et de montrer sur un seul morceau l’amplitude de ses envies. Il bascule plus franchement C’est plus fort encore sur Slip Away qui finalement est plus convaincant parce que plus frontalement assumé. On va voir du côté d’un Xiu Xiu, remplaçant la charge anxiogène par de la délicatesse (Wreath), ce qui en oblitère un peu l’impact il faut l’avouer.

On n’est cependant pas ici au niveau de ce que nous a proposé AHNONIl’an dernier. Le rapprochement est pourtant bien obligatoire, ce que proposait l’ancien Antony étant du registre intime (même si très ample) avant d’évoluer vers plus de modernité pour un résultat autrement plus percutant. Il ne faut donc pas chercher par-là sa singularité, et, partant, son intérêt. On le trouvera plutôt dans l’intrigant début de cordes sur Choir, Morceau plus hanté qu’il n’y parait. Ou alors du côté de Die 4 You, chose évanescente et cinématique, relecture queer de Portishead, James Blake en apesanteur. On notera aussi la belle contribution de Weyes Blood sur Sides. On la verrait bien entre Chelsea Wolfe et Anna Von Hausswolf. En bonne compagnie donc

La mutation de Perfume Genius n’en est plus vraiment une maintenant. Album après album, il incorpore plus de composantes à son mélange purement intime à l’origine. On gagne au passage une vraie personnalité très en prise avec le son de son époque mais on s’accroche en vain à l’émotion des débuts. Ce bel objet hybride s’impose facilement comme un des repères de l’époque mais n’est pas ce qu’on entendra de plus excitant cette année. Peut-être que tout simplement l’équilibre est difficile à trouver et c’est sans doute là qu’il faudra chercher des raisons de s’enflammer dans le futur, que la marge de progression est la plus manifeste. On reste à l’écoute de toute façon.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)