Accueil > Musique > 2017 > Perfume Genius - No Shape

Perfume Genius - No Shape

lundi 5 juin 2017, par Marc


Rarement comme dans le cas de Mike Hadreas on a suivi un album éclos dans un registre intimiste pour prendre possession du monde. Il est sans doute facile de mettre en parallèle ses évolutions artistique et personnelle. La vérité, c’est qu’on n’en sait trop rien et que le résultat nous est livré ici avec un quatrième album qui se place dans la lignée des trois autres avec une logique implacable.

On avait senti que l’évolution de Mike Hadreas n’était pas un feu de paille, et ce quatrième album le confirme de belle façon. Notre attachement est tel qu’on lui pardonne même d’avoir collaboré avec Christine and The Queens.

Dès Otherside, on entend tout de suite un piano intime, une voix personnelle et seule. La différence, ce sont ces surgissements intenses. Comme s’il semblait soucieux d’assurer une continuité, une transition, et de montrer sur un seul morceau l’amplitude de ses envies. Il bascule plus franchement C’est plus fort encore sur Slip Away qui finalement est plus convaincant parce que plus frontalement assumé. On va voir du côté d’un Xiu Xiu, remplaçant la charge anxiogène par de la délicatesse (Wreath), ce qui en oblitère un peu l’impact il faut l’avouer.

On n’est cependant pas ici au niveau de ce que nous a proposé AHNONIl’an dernier. Le rapprochement est pourtant bien obligatoire, ce que proposait l’ancien Antony étant du registre intime (même si très ample) avant d’évoluer vers plus de modernité pour un résultat autrement plus percutant. Il ne faut donc pas chercher par-là sa singularité, et, partant, son intérêt. On le trouvera plutôt dans l’intrigant début de cordes sur Choir, Morceau plus hanté qu’il n’y parait. Ou alors du côté de Die 4 You, chose évanescente et cinématique, relecture queer de Portishead, James Blake en apesanteur. On notera aussi la belle contribution de Weyes Blood sur Sides. On la verrait bien entre Chelsea Wolfe et Anna Von Hausswolf. En bonne compagnie donc

La mutation de Perfume Genius n’en est plus vraiment une maintenant. Album après album, il incorpore plus de composantes à son mélange purement intime à l’origine. On gagne au passage une vraie personnalité très en prise avec le son de son époque mais on s’accroche en vain à l’émotion des débuts. Ce bel objet hybride s’impose facilement comme un des repères de l’époque mais n’est pas ce qu’on entendra de plus excitant cette année. Peut-être que tout simplement l’équilibre est difficile à trouver et c’est sans doute là qu’il faudra chercher des raisons de s’enflammer dans le futur, que la marge de progression est la plus manifeste. On reste à l’écoute de toute façon.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)