Accueil > Musique > 2017 > Animal Youth - Animal

Animal Youth - Animal

lundi 12 juin 2017, par Marc


Situer la musique d’Animal Youth ne sera pas extrêmement compliqué. Issue de la vague froide des années ’80 (Cocteau Twins, The Cure – la précédente mouture du groupe s’appelait Siamese Queens, une référence mal cachée sans doute), elle est surtout passée au même concasseur que My Bloody Valentine et surtout A Place To Bury Strangers. Sans pousser les curseurs aussi loin que les extrémistes (il est vrai un peu calmés) New-Yorkais, ils en reproduisent la sombre tension.

La voix est plus poussée en avant que chez ces glorieuses références, ce qui constitue déjà une différenciation. Lors de l’écoute, on se surprend à se souvenir de choses comme Das Llamas (j’ai bien droit à une référence bien obscure de temps en temps, non ?). On le voit, on s’éloigne sensiblement des relectures plus gentilles de ces années-là comme Interpolou Editors. Plus proche de Warsaw que de New Order pour reprendre une célèbre filiation mancunienne.

Gosse basse cold, guitares acérées plutôt qu’en brouillard ou vrillées au marteau-piqueur, voilà ce qu’on pourra y entendre en gros, avec de sérieuses nuances. On passera ainsi d’un bien rude To Burn à du plus hypnotique sur Sunday. Ce n’en est pas détendu pour autant, mais cette linéarité, ces arpèges cold apportent un peu de fraicheur à cet ensemble. Ils prennent même soin d’y ajouter une progression et un emballement. Et un Rainy Day a toute la lourdeur nécessaire pour que ça fonctionne.

On notera aussi la présence d’une version d’In Heaven, issue de la musique d’Eraserhead, le premier film de David Lynch (qui l’a écrite) et popularisée plus tard par les Pixies.

Le trio bruxellois pratique donc un post-punk sombre et abrasif. Vous l’aurez compris à la longue liste de références et de souvenirs, on est plutôt dans le cœur de cible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auguste Lécrivain - Sale Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)