Accueil > Musique > 2017 > Animal Youth - Animal

Animal Youth - Animal

lundi 12 juin 2017, par Marc


Situer la musique d’Animal Youth ne sera pas extrêmement compliqué. Issue de la vague froide des années ’80 (Cocteau Twins, The Cure – la précédente mouture du groupe s’appelait Siamese Queens, une référence mal cachée sans doute), elle est surtout passée au même concasseur que My Bloody Valentine et surtout A Place To Bury Strangers. Sans pousser les curseurs aussi loin que les extrémistes (il est vrai un peu calmés) New-Yorkais, ils en reproduisent la sombre tension.

La voix est plus poussée en avant que chez ces glorieuses références, ce qui constitue déjà une différenciation. Lors de l’écoute, on se surprend à se souvenir de choses comme Das Llamas (j’ai bien droit à une référence bien obscure de temps en temps, non ?). On le voit, on s’éloigne sensiblement des relectures plus gentilles de ces années-là comme Interpolou Editors. Plus proche de Warsaw que de New Order pour reprendre une célèbre filiation mancunienne.

Gosse basse cold, guitares acérées plutôt qu’en brouillard ou vrillées au marteau-piqueur, voilà ce qu’on pourra y entendre en gros, avec de sérieuses nuances. On passera ainsi d’un bien rude To Burn à du plus hypnotique sur Sunday. Ce n’en est pas détendu pour autant, mais cette linéarité, ces arpèges cold apportent un peu de fraicheur à cet ensemble. Ils prennent même soin d’y ajouter une progression et un emballement. Et un Rainy Day a toute la lourdeur nécessaire pour que ça fonctionne.

On notera aussi la présence d’une version d’In Heaven, issue de la musique d’Eraserhead, le premier film de David Lynch (qui l’a écrite) et popularisée plus tard par les Pixies.

Le trio bruxellois pratique donc un post-punk sombre et abrasif. Vous l’aurez compris à la longue liste de références et de souvenirs, on est plutôt dans le cœur de cible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)