Accueil > Critiques > 2017

 !!! - Shake The Shudder

mercredi 28 juin 2017, par marc


Dance-punk, l’étiquette peut sembler un peu déroutante aujourd’hui mais elle était en vogue il y a presque quinze ans. Plein de noms sont tombés dans l’oubli mais on se souviendra avec émotion de formations comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Il y avait donc toutes les raisons du monde pour que les Américains de  !!! disparaissent brusquement ou pas de la circulation. Il y eut des hauts et des bas, certes mais jamais de franche descente, de tentative infructueuse de faire renaître les cendres du passé.

La livraison 2017 a un son plus léché, donnant un couche de déodorant à leur musique sudoripare. Ca sent moins la transpiration peut-être mais le déhanchement est bel et bien là. Non, n’essayez pas de faire comme le chanteur Nic Offer, lui et ses shorts sont hors concours (voyez le premier clip ci-dessous pour vous en convaincre).

Les musiciens restent d’énormes instrumentistes de toute façon. Et puis ce qu’on aime chez Nic, c’est moins sa voix que son incroyable abattage scénique. Il est d’ailleurs ici épaulé de nombreuses et diverses façons. Tout d’abord par plein de chœurs qui dès le premier morceau prennent tout l’espace vocal et qu’on retrouve à l’avant-plan de Throttle Service. Ensuite par des voix d’enfant triturées (les voix, aucun enfant n’a été perturbé pendant l’enregistrement) sur What r u up 2Day ?.

Ils n’ont pas oublié les mélodies et Imaginary Interviews donne quand même une furieuse envie d’été et d’apéritifs. Pour le reste le son reste épais, avec des synthés bien bas, discrets mais bien présents. On les retrouve entièrement quand le beat est plus sec et moite à la fois (Things Get Hard), quand ils lancent la machine à groove sur NRGQ ou Throw Yourself In The River.

Plus policé, toujours sudoripare, le !!! nouveau montre que ce groupe a une longévité assez surprenante sur une scène qui a virtuellement disparu autour d’eux. Mais ils continuent malgré tout sans que leur compétence ne s’émousse, leur énergie ne semblant jamais s’amenuiser.

http://chkchkchk.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)