Accueil > Musique > 2017 > Beth Ditto - Fake Sugar

Beth Ditto - Fake Sugar

mercredi 19 juillet 2017, par Marc


Se lancer dans une carrière solo après avoir fait partie d’un groupe à succès, c’est évidemment plus que courant et on ne s’étonnera pas que Beth Ditto y vienne aussi. Tout d’abord, n’attendez pas la fièvre dance-punk des premiers albums de The Gossip. Leur dernière livraison montrait d’ailleurs un certain tassement. Logique dès lors pour leur charismatique chanteuse d’aller explorer d’autres pistes. On pensait que ce serait vers l’électronique et le dancefloor sur base d’un EP consistant sorti il y a 2011 années et chapeauté par la paire de Simian Mobile Disco.

Mais non, Beth n’ira pas dans cette direction. Sa voix lui permet de nombreuses possibilités. Le jour où elle décidera de se la jouer Motown, c’est tout-à-fait possible. Sa façon nouvelle laisse plus d’espace à son impressionnant et attachant organe. Ceux qui sont venus sur base de leurs bons souvenirs auront tout de même quelques éléments à se mettre sous la dent. Un peu de nerf sur We Could Run ou un peu de pulsation sur Do You Want Me To par exemple mais on est bien loin des propulseurs à poudre de The Gossip. Mais ce n’en est pas inintéressant pour autant.

On se doute aussi que ceux qui sont venus sur base de ce qu’ils connaissent de Beth Ditto pourraient buter sur des morceaux un peu sirupeux (Love In Real Life) ou qui se veulent poignants sans vraiment l’être. Lover a tout de ces morceaux de transition des compiles de slows. On devine qu’on s’éloigne sensiblement de ce qu’on aime.

Quand elle chante quelques mots en français sur le glam-pop Oo La La, on se dit que cette chanson plus tortueuse pourrait être chantée par Arno ou par Goldfrapp (le titre, forcément…). Ce n’est pas le genre de rapprochement qu’on a pu anticiper et ces pensées maintiennent l’attention parfois mise à mal lors de l’écoute.

On le constate, on est loin de l’échappée belle de Roisin Murphy après Moloko. C’est moins une question de talent (indéniable) que de choix artistiques comme faire appel à la productrice r’n’b Jennifer Decilveo. Pour rappel, c’était Matthew Herbert qui a réalisé Ruby Blue. Autres moyens, autre volonté, autre résultats en toute logique. On se demande cependant à qui s’adresse cet album qui ne comporte pas de moment qui mettra tout le monde d’accord.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)