Accueil > Musique > 2017 > Beth Ditto - Fake Sugar

Beth Ditto - Fake Sugar

mercredi 19 juillet 2017, par Marc


Se lancer dans une carrière solo après avoir fait partie d’un groupe à succès, c’est évidemment plus que courant et on ne s’étonnera pas que Beth Ditto y vienne aussi. Tout d’abord, n’attendez pas la fièvre dance-punk des premiers albums de The Gossip. Leur dernière livraison montrait d’ailleurs un certain tassement. Logique dès lors pour leur charismatique chanteuse d’aller explorer d’autres pistes. On pensait que ce serait vers l’électronique et le dancefloor sur base d’un EP consistant sorti il y a 2011 années et chapeauté par la paire de Simian Mobile Disco.

Mais non, Beth n’ira pas dans cette direction. Sa voix lui permet de nombreuses possibilités. Le jour où elle décidera de se la jouer Motown, c’est tout-à-fait possible. Sa façon nouvelle laisse plus d’espace à son impressionnant et attachant organe. Ceux qui sont venus sur base de leurs bons souvenirs auront tout de même quelques éléments à se mettre sous la dent. Un peu de nerf sur We Could Run ou un peu de pulsation sur Do You Want Me To par exemple mais on est bien loin des propulseurs à poudre de The Gossip. Mais ce n’en est pas inintéressant pour autant.

On se doute aussi que ceux qui sont venus sur base de ce qu’ils connaissent de Beth Ditto pourraient buter sur des morceaux un peu sirupeux (Love In Real Life) ou qui se veulent poignants sans vraiment l’être. Lover a tout de ces morceaux de transition des compiles de slows. On devine qu’on s’éloigne sensiblement de ce qu’on aime.

Quand elle chante quelques mots en français sur le glam-pop Oo La La, on se dit que cette chanson plus tortueuse pourrait être chantée par Arno ou par Goldfrapp (le titre, forcément…). Ce n’est pas le genre de rapprochement qu’on a pu anticiper et ces pensées maintiennent l’attention parfois mise à mal lors de l’écoute.

On le constate, on est loin de l’échappée belle de Roisin Murphy après Moloko. C’est moins une question de talent (indéniable) que de choix artistiques comme faire appel à la productrice r’n’b Jennifer Decilveo. Pour rappel, c’était Matthew Herbert qui a réalisé Ruby Blue. Autres moyens, autre volonté, autre résultats en toute logique. On se demande cependant à qui s’adresse cet album qui ne comporte pas de moment qui mettra tout le monde d’accord.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)