Accueil > Musique > 2017 > Grizzly Bear - Painted Ruins

Grizzly Bear - Painted Ruins

jeudi 14 septembre 2017, par Marc


Il ne faut pas banaliser l’excellence. Parce qu’elle reste l’exception. Pourtant, certaines formations en ont fait leur fonds de commerce, à un tel point qu’on ne se surprend même plus à adorer album après album après album. Painted Ruins est ainsi devenu un des albums les plus attendus de l’année tant le groupe nous avait habitués à de très bonnes choses. Leur brevet d’invincibilité ne sera pas écorné cette-fois-ci même s’il faudra plus de temps pour s’en imprégner et si l’évidence lumineuse se remarque dans des détails plus que dans l’ensemble.

Quand les mots ne sont plus suffisants pour l’analyse, on se rabat sur une métaphore plus ou moins poussée. Le plaisir d’un jardin labyrinthe est celui de la balade sans but précis, pas l’énervement de ne pas trouver la sortie. Et dans ce labyrinthe-ci, il faut avouer qu’on a pris du plaisir. On est parfois en peine d’expliquer ce qu’on y a vu précisément, il semble que toutes les visites étaient presque identiques mais pas vraiment. Chaque tour nous a fait découvrir des coins nouveaux ou pas du tout, et le paysage semblait se déplacer avec nous. D’ailleurs, on retrouve cette comparaison sur Losing All Senses

But it’s a maze and there’s nothing to be found
It just leads me away from my end goal

Mourning Sound et sa basse presque curesque était déjà connu et fait toujours son petit effet. La mélodie est plus identifiable surtout. Parce que les lignes mélodies sont toujours tortueuses mais ne sont jamais des prétextes à démonstrations vocales. L’album commence ainsi par un morceau qui n’est pas le plus limpide mais qui nous permet de reprendre contact avec eux.

Pour certains albums, il faudrait pouvoir évaluer un ratio écoute/commentaires. Parce que dans ce cas-ci, les écoutes sont vraiment nombreuses et les commentaires peu nombreux. Mais les écoutes peuvent se multiplier sans problème, permettant de noter ce qui nous plait le plus. On constate aussi un léger creux en milieu d’album avant de retrouver les moments les plus saignants. Three Rings monte bien haut, avec des strates qui s’enroulent en spirales, ce discret roulement, la mélodie de Neighbors est mélancolique à souhait et ils nous gratifient de passages vraiment puissants (Cut-Out) ou de magnifiques zébrures d’éclairs (forcément) électriques sur Sky Took Hold.

Certes, on ne sera pas long à décrire le plaisir d’écoute procuré par ce Painted Ruins, il n’en reste pas moins que la formation garde son style, ses qualités et ne semble jamais perdre son inspiration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Grizzly Bear - Painted Ruins 23 septembre 2017 22:11, par Pierre

    Bonjour,

    Je vous trouve un peu dur (dans la notation) car cet album n’a que le défaut d’arriver après Shields qui était excellent.
    Certes, il n’y a pas de grandes envolées comme dans Veckatimest, mais aucun morceau n’est réellement à jeter, ce qui n’est pas toujours le cas avec les albums de Grizzly Bear.
    Il y a ce même souci du détail dans chaque titre qui est comme vous le disiez un peu plus long à révéler que dans les précédents opus.
    J’ai hâte de les voir en Octobre à Paris avec un peu d’inquiétude malgré tout car je ne sais pas ce qu’ils donnent sur scène.
    Merci pour cette chronique,

    repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)