Accueil > Musique > 2017 > Bertier - Anna & Roby

Bertier - Anna & Roby

lundi 25 septembre 2017, par Marc


Un des plaisirs les plus intenses procurés par cet étrange hobby de l’écriture musicale est de suivre l’évolution des artistes. Risquant la déception, certes, mais saluant l’audace et la variété quand c’est le cas. On est donc très heureux de voir revenir Bertier. Après un Dandy impeccablement coiffé, au cordeau et suivant son concept dans les moindres recoins, voici Anna & Roby.

Le principe de la formation reste le même. Les mots ciselés et les vocaux principaux sont toujours de Pierre Dungen, le visuel et les chœurs de l’épatante Lara Herbinia. Et puis il y a à la composition et à l’exécution quelques musiciens aguerris. Citons Yan Péchin (Bashung, Brigitte Fontaine, Rachid Taha…), Gil Mortio (Joy as a Toy), Florent Le Duc (Direction Festival Francofaune), Jean-François Assy (Daan, Yan Tiersen, Bashung, Christophe, Benjamin Schoos…).

Ça, c’est pour la partie ‘lisons le bref dossier de presse’. Pour l’aspect ‘critique’, commençons par préciser que le parlé/chanté de l’album précédent n’a plus cours. Notre ressenti est qu’on y gagne au change mais il faut admettre la part de subjectivité qui se cache là-dessous. Pour le reste, il y a toujours un concept, une idée derrière tout ça. Comme pour le précédent, c’est un duo qu’on nous présente, attirance des contraires, joies de la découverte, plaisir du partage.

Oui, l’ombre d’un certain Jaques Duvall plane sur cet album, notamment sur Anna. On ne sera donc pas étonnés que Bertier fait maintenant lui aussi partie de l’écurie Freaksville de Benjamin Schoos. Autre figure tutélaire, moins présente mais néanmoins inévitable, le fantôme de Serge Gainsbourg. Notamment par des clins-d’œil très discrets mais qui ne peuvent être que de l’hommage sur une pop aussi lettrée. On pense aux rires sur la fin d’Anatolie par exemple mais la pastiche n’est jamais à l’ordre du jour, notamment parce que le chant s’en éloigne sensiblement.

Si le nombre des collaborateurs pouvait faire craindre un résultat disparate, il n’en est fort heureusement rien. Et on se surprend au cours des nombreuses écoutes à isoler quelques moments bien fameux, qui nous ont permis de revenir encore et encore. Etrangement, pour ma part, ces moments-là sont plutôt concentrés dans la seconde partie, comme s’il avait fallu planter le décor et les personnages avant d’apporter le climax. Donc on peut se laisser vraiment aller à une mélancolie plus prégnante (Derrière Le Tableau), à un chorus qui monte, monte (La Poussière) ou encore à de belles envolées de cordes (Soda Light). Cet album plutôt littéraire laisse donc une belle place à la musique. Mais cet album ne se départit jamais de sa légèreté, voire peut livrer des moments aquatiques (Roby) sur cet album qui au niveau des éléments vise plutôt l’air.

Evidemment, votre connivence augmentera avec votre goût des jeux de mots pince-sans-rire et des rimes très riches (Ange Décu) mais pour ceux qui se posent en amoureux de la langue, Anna & Roby offrira en sus quelques solides moments de musique qui élargissent leur potentiel.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)