Accueil > Critiques > 2017

Bertier - Anna & Roby

lundi 25 septembre 2017, par marc


Un des plaisirs les plus intenses procurés par cet étrange hobby de l’écriture musicale est de suivre l’évolution des artistes. Risquant la déception, certes, mais saluant l’audace et la variété quand c’est le cas. On est donc très heureux de voir revenir Bertier. Après un Dandy impeccablement coiffé, au cordeau et suivant son concept dans les moindres recoins, voici Anna & Roby.

Le principe de la formation reste le même. Les mots ciselés et les vocaux principaux sont toujours de Pierre Dungen, le visuel et les chœurs de l’épatante Lara Herbinia. Et puis il y a à la composition et à l’exécution quelques musiciens aguerris. Citons Yan Péchin (Bashung, Brigitte Fontaine, Rachid Taha…), Gil Mortio (Joy as a Toy), Florent Le Duc (Direction Festival Francofaune), Jean-François Assy (Daan, Yan Tiersen, Bashung, Christophe, Benjamin Schoos…).

Ça, c’est pour la partie ‘lisons le bref dossier de presse’. Pour l’aspect ‘critique’, commençons par préciser que le parlé/chanté de l’album précédent n’a plus cours. Notre ressenti est qu’on y gagne au change mais il faut admettre la part de subjectivité qui se cache là-dessous. Pour le reste, il y a toujours un concept, une idée derrière tout ça. Comme pour le précédent, c’est un duo qu’on nous présente, attirance des contraires, joies de la découverte, plaisir du partage.

Oui, l’ombre d’un certain Jaques Duvall plane sur cet album, notamment sur Anna. On ne sera donc pas étonnés que Bertier fait maintenant lui aussi partie de l’écurie Freaksville de Benjamin Schoos. Autre figure tutélaire, moins présente mais néanmoins inévitable, le fantôme de Serge Gainsbourg. Notamment par des clins-d’œil très discrets mais qui ne peuvent être que de l’hommage sur une pop aussi lettrée. On pense aux rires sur la fin d’Anatolie par exemple mais la pastiche n’est jamais à l’ordre du jour, notamment parce que le chant s’en éloigne sensiblement.

Si le nombre des collaborateurs pouvait faire craindre un résultat disparate, il n’en est fort heureusement rien. Et on se surprend au cours des nombreuses écoutes à isoler quelques moments bien fameux, qui nous ont permis de revenir encore et encore. Etrangement, pour ma part, ces moments-là sont plutôt concentrés dans la seconde partie, comme s’il avait fallu planter le décor et les personnages avant d’apporter le climax. Donc on peut se laisser vraiment aller à une mélancolie plus prégnante (Derrière Le Tableau), à un chorus qui monte, monte (La Poussière) ou encore à de belles envolées de cordes (Soda Light). Cet album plutôt littéraire laisse donc une belle place à la musique. Mais cet album ne se départit jamais de sa légèreté, voire peut livrer des moments aquatiques (Roby) sur cet album qui au niveau des éléments vise plutôt l’air.

Evidemment, votre connivence augmentera avec votre goût des jeux de mots pince-sans-rire et des rimes très riches (Ange Décu) mais pour ceux qui se posent en amoureux de la langue, Anna & Roby offrira en sus quelques solides moments de musique qui élargissent leur potentiel.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)