Accueil > Musique > 2017 > Fink - Resurgam

Fink - Resurgam

mercredi 4 octobre 2017, par Marc


Bien franchement, on n’attendait pas un album aussi vite de la part de Fink, ce qui se présentait comme un projet parallèle et paru plus tôt dans l’année étant tout de même bien proche de ce qu’il fait habituellement. Mais on est contents de le voir se remettre au boulot aussi vite.

Si on avait senti sur les deux derniers albums une volonté de clarté, un apport d’électricité plus franc qui faisait mouche, il ne semble pas poursuivre cette piste dans l’immédiat. Ce qui ne change pas, c’est son style global toujours identifiable malgré les variations sensibles qu’on constate d’un album à l’autre.

On ne parle de folk dans son cas que comme une des nombreuses composantes. Il n’en prend que la limpidité d’écriture sur certains morceaux. Ce qui nous vaut de belles choses comme Not Everything Was Better In The Past. Il arrive aussi dans ces moments-là à imposer sa personnalité. On n’est pas du tout dans la chanson de feu de camp, notamment parce qu’il s’appuie sur un son percussif et une intensité d’interprétation hors de portée du premier scout venu.

Au niveau musical, si on sait qu’il peut se débrouiller seul avec une guitare classique sans tomber dans aucun cliché, il arrive à imposer une richesse qu’il faut déballer couche par couche si vous aimez ça, ou apprécier en bloc dans la majorité des cas. The Determined Cut l’illustre fort bien avec sa pulsation, sa progression moins brusque mais manifeste.

C’est un album qui commence sur un mode presque mineur, La pulsation de Day 22 n’étant pas renversante non plus avant que la fin du morceau prenne une puissance électrique plus lancinante et répétitive que les envolées sur Perfect Darkness. On retrouvera un peu plus de nerf sur There’s Just Something About You. Godhead joue plus sur la répétition, ce qui est un peu moins gratifiant, même si toujours impeccable dans l’intention et l’exécution. Il y a en effet de l’intensité sur l’éthéré Covering Your Tracks.

On sort donc des qualités indéniables pour masquer le fait qu’on a un peu moins vibré. Sans revenir en arrière, Fink ne poursuit donc pas la voie qu’on aurait pu extrapoler. Il faut donc se réhabituer à plus de subtilité, donc moins d’immédiateté. Ce n’est pas grave dans l’absolu mais il faut savoir que si la gratification est toujours bien là, elle pourra peut-être prendre plus de temps et on ne peut s’empêcher de trouver cet album relativement plus terne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)