Accueil > Musique > 2017 > The National - Sleep Well Beast

The National - Sleep Well Beast

lundi 9 octobre 2017, par Marc


On dirait que tous ceux qui ont livré un album de l’année pour ce site se sont donné rendez-vous cette année. Parmi les grosses attentes de cette rentrée figure immanquablement The National. Parce que la formation américaine a su augmenter considérablement son audience sans diluer son intérêt. Cette performance en fait un cas à part.

Loin de moi l’idée de trouver a posteriori les raisons de cette exception, mais il est bon de rappeler pourquoi elle reste pareille. Evidemment, il y a le talent de ses membres, lequel peut se retrouver dans de nombreuses et diverses collaborations. Citons Clogspar exemple pour une des plus éclatantes réussites mais on peut aussi citer les apparitions du chanteur Matt Berninger dans les rangs d’EL VY (avec Brent Knopf de Menomena ou Ramona Falls), dans le chant de Game of Thrones, ou encore aux côtés de Clap Your Hands Say Yeah. On sait qu’on peut aussi compter sur les frères Devendorf et sur une section rythmique au petits soins.

Qu’on se rassure d’emblée, les qualités du groupe ne se sont pas fait la malle depuis Trouble Will Find Me. On avait déjà eu vent de quelques singles saignants, dont l’uptempo Day I Die dont les riffs de guitare restent souverains. Pareil Pour The System Only Dreams In Total Darkness. On retrouve tout l’allant qui permettait à Boxers de ne jamais desserrer l’étreinte. Mais si cet album garde toujours une place particulière en nos cœurs, c’est aussi parce qu’il avait une constance rare qu’on n’a pas nécessairement trouvé par la suite qui a privilégié une certaine variété.

On n’y aurait pas retrouvé un Dark side of The Gym par exemple. Même s’il semble maintenant douteux qu’ils ne produisent jamais un mauvais morceau, on peut aussi noter une chute d’attention. Walk It Back semble ainsi manquer d’enjeu même si pris individuellement, il est exempt de grief. On écoute donc du The National pur jus, on se rend compte qu’on pourrait en écouter ad lib sans se lasser. On les suit donc quand ils passent sur l’électricité de Turtleneck, l’intensité pure (I’ll Still Destroy you) ou sur des variations qui laissent entrevoir une possible évolution future (Empire Lane). Certains morceaux plus lents comme Guilty Party m’étant longtemps restés en tête.

Rares sont les groupes dont on imagine qu’ils ne se ‘rateront’ jamais vraiment, leurs talents individuels pouvant pallier un manque d’inspiration (la voix de Matt Berninger mais pas que…). Réussir son virage vers plus de succès sans perdre son âme ou son inspiration est une performance suffisamment peu réussie pour ne pas mériter l’admiration. On garde donc The National parmi les nôtres, loin de toute tentative désespérée de snobisme. C’est bon d’avoir des références parfois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)