Accueil > Musique > 2017 > Wolf Parade - Cry, Cry, Cry

Wolf Parade - Cry, Cry, Cry

lundi 16 octobre 2017, par Marc


Voici un retour qu’on n’espérait plus. Tout d’abord parce que le hiatus semblait ne pas devoir avoir de fin. Ensuite parce que les deux plus créatifs de ses membres nous avaient gratifiés de tellement bonnes choses séparément (souvent meilleures que leur Expo 86 d’ailleurs) que le manque n’était pas là. Pour mémoire, citons pour Dan Boeckner Handsome Furs, Divine Fits ou Operators et pour Spencer Krug les merveilles de Moonface (tout seul ou avec Siinai), Sunset Rubdown ou Swan Lake. On le voit, mieux que des albums d’attente.

On les connait, on apprécie leur talent et leur éthique, et on se doutait bien que s’ils disaient avoir pris du plaisir à rejouer ensemble pour quelques festivals en 2016, ils en viendraient à recomposer ensemble. Avec Clap Your Hands Say Yeah, Arcade Fire, LCD Soundsystem, Vitalic, The National et Spoon, ils semblent s’être donné rendez-vous pour nous faire revivre l’année 2005.

Leur premier album commençait par un morceau hallucinant (You Are A Runner) qui nous a scotchés pour les douze années qui ont suivi. On n’en est pas là, mais on sent qu’il se passe quelque chose sur Lazarus Online. Bien plus que sur l’EP qui avait entériné leur retour mais aucun de ses titres n’est présent ici.

Si le son apparaît comme moins brut, ils ont gardé leur belle intensité. Ils n’ont pas mis d’eau dans leur vin, ni tenté de retrouver ce qui avait fait leur relatif succès. Ceci dit, ils capitalisent aussi sur leur expérience et leurs indéniables qualités. Par exemple, il y a ici de la pulsation. Toujours, partout. C’est une union de talents et il m’a fallu un peu de temps (et une demi-douzaine de projets parallèles) pour en distinguer les éléments. La force d’incantation est Boecknerienne mais les claviers moins secs sont Kruguiens. Dans le casting, il ne faut évidemment pas oublier l’excellente section rythmique qui apporte le gros son et la pulsation qui sont la colonne vertébrale des interventions des deux comparses du devant de scène.

Tout n’est pas renversant (Files On The Sun par exemple) mais il n’y a rien à jeter non plus, leur engagement fait encore et toujours la différence. Ils passent parfois en force, certes, mais ça passe toujours. De plus, certains morceaux se permettent de se relancer. Il faudra sans doute attendre un concert pour voir ce que la remontée de Files On The Sun peut donner, ce que le roulement de batterie implacable de Weaponized réserve.

Dans les qualités qu’ils ont su garder, on citera aussi l’étrange groove de Baby Blue, avec des sons que Krug a utilisé chez Moonface première époque et des changements d’accords qui frappent fort et juste (King of Piss and Paper).

Le retour de Wolf Parade est une bonne surprise parce que ce Cry Cry Cry est supérieur à l’attente, laquelle n’était pas il est vrai à la hauteur des talents de Boeckner et Krug. Le meilleur retour d’une année qui n’en manque pourtant pas ? C’est bien possible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)