Accueil > Musique > 2017 > Ramona Falls - Coils

Ramona Falls - Coils

jeudi 19 octobre 2017, par Marc


La fange la plus jeune de ce lectorat (existe-elle du reste ?) pourrait ne pas se souvenir de cette chose étrange et protéiforme qu’on a autrefois appelé la blogosphère. Ensemble hétérogène de bloggeurs qui ne s’étaient pas encore réfugiés sur les réseaux sociaux, ils pouvaient se rassembler le temps d’un projet. Il y eu ainsi un classement des bloggeurs et le premier lauréat fut Ramona Falls. Autant dire que dans ce petit monde des amateurs d’indie de la fin des années 2000, le projet de Brendt Knopf avait la cote. On est donc assez surpris de la discrétion de cette sortie.

Knopf nous avait déjà enchanté avec Menomena (qui a continué sans lui tout en restant intéressant) et nous est aussi revenu avec Matt Berninger (la magnifique voix de The National) sous le nom d’EL VY. Mais c’est une autre histoire.

On avait largement apprécié son précédent Prophet et on retrouve en effet pas mal de choses qui en ont fait le sel. Prayers nous fait revivre ce goût de la syncope, ces morceaux hachés et fluides à la fois. On retrouve donc des soubresauts, de la tension, une batterie aux aguets, de la luxuriance. Et un peu plus de corps sur Which Side Are You On ? Il faut donc attendre le quatrième morceau pour trouver ce qu’on est venus chercher.

On est revenus aussi pour un I Wish I Could en apesanteur, avec une mélodie qui frappe juste. Et dans le détail, il se permet de courts intermèdes au piano pour aérer un ensemble qui n’était du reste pas étouffant. On note aussi de judicieux violons synthétiques (Come Pick Me Up). Le hasard met cet album sur notre route en même temps que celui d’un autre ancien collaborateur (certes plus occasionnel) de Menomena : Joe Haege en tant que White Wine qui en comparaison semble plus intransigeant et saignant. Mais bon, les deux ont leur charmes qu’il serait malvenu de bouder.

Evidemment, plus de dix ans après la découverte de Menomena, un nouvel album de Ramona Falls ne nous prend plus par surprise. Mais s’il y a moins de moments transcendants, on prend toujours du plaisir à le retrouver.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)