Accueil > Critiques > 2017

Godspeed You ! Black Emperor - Luciferian Towers

mercredi 1er novembre 2017, par marc


C’est Amélie Nothomb qui nous a rapporté qu’on devait autrefois témoigner son respect envers l’empereur du Japon en montrant stupeur et tremblement. Sans doute qu’à ce niveau, on en fait toujours un peu trop pour la formation canadienne Godspeed You ! Black Emperor mais force est de constater qu’ils possèdent ce peu d’artistes ont à ce niveau, une véritable aura. Qu’ils fatiguent ou fascinent (les mêmes personnes en même temps parfois), ils imposent un respect. Pour reprendre doute qu’on en fait toujours trop face à eux, mais c’est aussi un des plaisirs procurés.

Quand ils se sont reformés il y a 5 ans déjà, on était déjà bien contents d’avoir un album (de très bonne facture forcément), de pouvoir enfin les voir en concert. Ils ont fameusement maintenu le cap, sachant qu’ils n’ont de toute façon jamais livré d’album faible. Plus que leur style finalement immuable, c’est surtout la structure et l’organisation des albums qui distinguent leurs livraisons.

Alors qu’on retrouvait une suite cohérente et volontiers complexe sur Asunder, Sweet and Other Distress, on retrouve ici deux morceaux en une pièce et deux autres saucissonnées en trois, comme au bon vieux temps du rock progressif.

Undoing A Luciferian Tower est morceau d’introduction assez classique en leur chef, forcément majestueux mais qui s’apprécie mieux dans le contexte d’un album. Fam/famine est un morceau qui se suffit à lui-même, avec assez de majesté. Leur pouvoir de chaos est assez insurpassable, leur laissant une franche longueur d’avance sur tous ceux qui voudraient s’y frotter. Lesquels ne s’y risquent qu’en marge.

Ils déploient donc toute leur verve sur deux pièces en trois parties chacune, avec une progression indéniable. Ils ressortent pour l’occasion les cornemuses (ou autre instrument s’en approchant). La première partie de Bosses Hang est ainsi lancinante, avec mise en place bien fichue du thème récurrent en version ample et majestueuse. La deuxième partie part sur le tempo et une répétition entêtante. On sait qu’avec l’arsenal déployé, ils sont inarrêtables. Et ils ne s’arrêtent pas là, avec une troisième partie qui les amène tout là-haut, avec un riff simple mais lancinant, composé couche par couche et proprement irrésistible.

La première partie d’Anthem for No State fait partie de ces morceaux faussement calmes. Si vous le prenez en son milieu, il y a déjà beaucoup d’instruments, de couches qui s’entrelacent. La troisième partie propose ainsi un climax paradoxal, une ampleur majestueuse et toujours un peu inquiétante, un apport de luminosité par le violon de Sophie Trudeau

C’est évidemment pour ces moments-là qu’on est venus et qu’on reviendra encore. On vient chercher son adrénaline ici, les moments terrifiants qui balayent en un basculement d’accords la parfois trop longue mise en place. En gros, Godspeed n’accepte toujours pas le compromis et rame décidément à contre-courant de la culture actuelle de la playlist qui remodèle le paysage musical.

Cet album de Godspeed est plus ‘lisible’ que le précédent, comporte moins de moments bruitistes et de paquets de sons. Son accessibilité permet de l’écouter encore et encore, dans toutes les circonstances et toutes les humeurs. Parce qu’ils gardent un peu de chaos, beaucoup d’intensité, de la noirceur et de la lumière, on retrouve le groupe canadien en terrain connu, territoire qu’ils sont décidément les seuls à habiter, qu’on aborde comme il se doit avec stupeur et tremblements.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Islands - And That’s Why Dolphins Lost Their Legs

    Peu de groupes ont pu garder une image de sympathie aussi tenace au fil des années. Avec ce neuvième album pour autant de critiques ici, pas de doute, on est en terrain connu. La continuité est aussi assurée par ce line-up inchangé depuis le dernier album et le même Patrick Ford qui assure la production tout comme celle de !!!.
    Ce titre d’album fait une entrée immédiate dans les plus improbables. (...)