Accueil > Musique > 2017 > Girls In Hawaii - Nocturne

Girls In Hawaii - Nocturne

lundi 20 novembre 2017, par Marc


Si le succès de Girls In Hawaii en Belgique francophone a été immédiat et n’est jamais retombé, il m’a fallu un peu de temps pour sauter dans le wagon. La faute sans doute à une concurrence internationale plutôt impitoyable à l’époque, la faute à un snobisme surdéveloppé sans doute, la faute aussi à une discographie finalement en pente ascendante, ce qui est tout à l’honneur de la formation de Braine-l’Alleud.

Album attendu donc, ce Nocturne nous cueille par une plage qui précise les choses d’emblée. Longue introduction mélancolique, mélodie languide et chœurs pour faire monter une sauce qui est déjà bien prise, This Light annonce en sus que les singles plus légers lancés en éclaireur ne constituent pas l’ossature de cet album qui se place logiquement dans la lancée du précédent. Des morceaux comme Indifference qui auraient pu se trouver tels quels sur leur monumental Everest.

Le chant qui a pu être le maillon faible de la chaine musicale est maintenant sous contrôle, avec la mise en place de solutions différentes. Un peu de vocoder (Guinea Pig), une voix de tête sur Walk (pas trop inconditionnel pour le coup) ou plus grave sur Up On The Hill qui nous ramène plutôt chez Get Well Soon, sans la belle assurance suave cependant. Evidemment, on n’évitera pas les comparaisons avec Radiohead sur Cyclo mais ils en font quelque chose de plus léger que la légendaire formation d’Oxford.

Oui, il y a un peu plus de synthétiseurs sur Walk mais bon, pas de quoi fouetter un Roland non plus. Dans le contexte d’un album complet, c’est une pause plus légère, pas une tuerie de dancefloor qui est sensé rester. Et ça laisse plus de place à ce qui reste les meilleurs moments. Par exemple l’intensité de Willow Grove, la pop douce-amère (Monkey) ou la délicatesse de Blue Shape qui s’épanche dans un chorus final relevé.

Quand les nuances se font plus sombres et moins organiques, ils arrivent à créer une ambiance, de la puissance. Overrated aurait sans doute été moins percutant s’il avait été livré en début de carrière. C’est ce genre de morceau qui nous fait revenir sur ce Nocturne et confirme leur talent. S’ils ne jouent pas uniquement sur leurs qualités, Girls In Hawaii confirme son discernement et sa grande forme. Pas de matière grasse ou de déchet sur ces dix titres qui les maintiennent dans une apesanteur sombre mais traversée d’éclairs de lumière. Oui, un vrai bon album en somme.

https://www.girlsinhawaii.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)