Accueil > Musique > 2017 > Girls In Hawaii - Nocturne

Girls In Hawaii - Nocturne

lundi 20 novembre 2017, par Marc


Si le succès de Girls In Hawaii en Belgique francophone a été immédiat et n’est jamais retombé, il m’a fallu un peu de temps pour sauter dans le wagon. La faute sans doute à une concurrence internationale plutôt impitoyable à l’époque, la faute à un snobisme surdéveloppé sans doute, la faute aussi à une discographie finalement en pente ascendante, ce qui est tout à l’honneur de la formation de Braine-l’Alleud.

Album attendu donc, ce Nocturne nous cueille par une plage qui précise les choses d’emblée. Longue introduction mélancolique, mélodie languide et chœurs pour faire monter une sauce qui est déjà bien prise, This Light annonce en sus que les singles plus légers lancés en éclaireur ne constituent pas l’ossature de cet album qui se place logiquement dans la lancée du précédent. Des morceaux comme Indifference qui auraient pu se trouver tels quels sur leur monumental Everest.

Le chant qui a pu être le maillon faible de la chaine musicale est maintenant sous contrôle, avec la mise en place de solutions différentes. Un peu de vocoder (Guinea Pig), une voix de tête sur Walk (pas trop inconditionnel pour le coup) ou plus grave sur Up On The Hill qui nous ramène plutôt chez Get Well Soon, sans la belle assurance suave cependant. Evidemment, on n’évitera pas les comparaisons avec Radiohead sur Cyclo mais ils en font quelque chose de plus léger que la légendaire formation d’Oxford.

Oui, il y a un peu plus de synthétiseurs sur Walk mais bon, pas de quoi fouetter un Roland non plus. Dans le contexte d’un album complet, c’est une pause plus légère, pas une tuerie de dancefloor qui est sensé rester. Et ça laisse plus de place à ce qui reste les meilleurs moments. Par exemple l’intensité de Willow Grove, la pop douce-amère (Monkey) ou la délicatesse de Blue Shape qui s’épanche dans un chorus final relevé.

Quand les nuances se font plus sombres et moins organiques, ils arrivent à créer une ambiance, de la puissance. Overrated aurait sans doute été moins percutant s’il avait été livré en début de carrière. C’est ce genre de morceau qui nous fait revenir sur ce Nocturne et confirme leur talent. S’ils ne jouent pas uniquement sur leurs qualités, Girls In Hawaii confirme son discernement et sa grande forme. Pas de matière grasse ou de déchet sur ces dix titres qui les maintiennent dans une apesanteur sombre mais traversée d’éclairs de lumière. Oui, un vrai bon album en somme.

https://www.girlsinhawaii.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)