Accueil > Musique > 2017 > Morrissey - Low In High School

Morrissey - Low In High School

lundi 15 janvier 2018, par Marc


Attention, les résultats du passé ne garantissent pas les performances futures.

Cet avertissement obligatoire qui clôture les publicités radio pour les investissements résonne avec acuité quand les hasards du calendrier mettent sur le marché une mise à jour de The Queen Is Dead et du dernier album solo de Morrissey. Ecouter le premier le confirme à chaque fois comme un album imparable, à la lisière de la perfection et donne un éclairage moins reluisant sur son lointain descendant. Ce qui est un peu dommage parce qu’après moultes écoutes, ce Low In High School ravira les fans du Moz, lesquels seront sans doute les seuls à s’y pencher.

My Love I’d Do Anything For You entame en tous cas bien les hostilités, avec une belle dose d’allant. Il garde évidemment tout son désespoir sous-jacent sur Jacky’s Only Happy When She’s Up On the Stage. Quand le fond est un peu désespéré, il est toujours préférable de montrer une bonne motivation. Il essaie même des trucs musicalement même si la mélodie et le chant restent les mêmes sur le plus enlevé Bury The Living). On connaissait le bien chouette Spent The Day In Bed qui apporte ici une dose de légèreté. Au rayon des choses qui plaisent vraiment, on signale Home Is A Question Mark en belle chose languide et la bonne idée d’utiliser le piano comme instrument de base sur In Your Lap.

Il a évidemment toujours une grande voix, on ne le rappelle peut-être pas assez, ce qui nous assure des mélodies que lui seul peut assumer (When You Open Your Legs). Cela dit, on est toujours un peu troublés par l’aspect direct de certaines assertions d’I Bury The Living (Give me an order !/I’ll blow up a border/Give me an order/And I’ll blow up your daughter) qu’il ne faut sans doute pas prendre au pied de la lettre au contraire du plus positif All the Young People Must Fall in Love.

Parce qu’il a un côté pile. Et la contrepartie à ses fulgurances tranchées est une série de prises de position qui ne suscitent même plus l’indignation, mais une lassitude résignée. En matière de politique ou de société, on fait tous semblant qu’il plaisante ou que son humour est corrosif, on tourne la tête pour ne pas le traiter de vieux con. Bon, on s’est habitué à cet état de fait mais par exemple parler des ennemis d’Israël en disant que ce sont juste des jaloux, c’est un peu court pour rendre compte du drame et de la complexité infinie de la situation là-bas.

Donc cet album a ses forces et ses faiblesses mais se place en ordre utile dans la longue série des albums solo de Morrissey. Pas dénué de ses tics et toujours discutable dans le fond, il a suffisamment d’élan pour mettre en valeur ses grandes qualités de vocalistes et ses surgissements. Une bonne cuvée pour lui de toute façon, une porte d’entrée éventuelle pour ceux qui ne connaîtraient pas, lesquels doivent de toute façon plonger sur The Queen Is Dead, chef-d’œuvre qu’on ne doit pas forcément adorer mais qu’il serait dommage d’ignorer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)