Accueil > Critiques > 2017

Novo Amor & Ed Tullett - Heiress

jeudi 18 janvier 2018, par marc


Si j’avoue n’avoir jamais entendu parler du Gallois Novo Amor, le nom d’Ed Tullett évoque déjà de bien bonnes choses. Avant d’être aux manettes du premier EP du prometteur d’Olivier Spalding, il nous avait déjà gratifiés d’un Fiancé de premier ordre.

Evidemment, la voix et la délicatesse nous amènent à parler de Bon Iver. Mais comme ce dernier après le désormais classique For Emma, Forever Ago, ils sont allés ailleurs, plus haut. Le folk de base de l’Américain a en effet pris un virage, entraînant dans sa musique presque pastorale plein d’éléments nouveaux. On vous a déjà longuement raconté ça. Sur le premier album d’Ed Tullett, on distinguait aussi une incorporation réussie d’éléments électroniques qu’on ne retrouve pas nécessairement ici.

A la place, on retrouve de l’amplitude sur Silvery. Il y a des guitares et des cuivres, ce qui peut aussi leur conférer un petit air de Sigur Ros. Avouez qu’il y a des rapprochements plus infâmants Ce sont évidemment ces moments-là qui sont le plus gratifiants, comme la poussée de Terraform, la décharge d’électricité à la fin de Cavalry.

Il leur faut cependant peu de chose sur Euphor, leurs deux voix et un petit clavier suffisent sur beaucoup de moments du morceau qui il est vrai peut compter sur une mélodie qui fait mouche. C’est aussi la recette du délicat Dancer.

Sur Anatome, on a même l’impression que c’est ce qu’on aurait entendu sur le second album de Bon Iver se le virage avait été moins prononcé. On est donc en terrain connu mais aussi et surtout sur un terrain qu’on aime arpenter. Moins formellement aventureux que ce que fait Ed Tullett seul, cet album fait montre d’une ampleur réjouissante. Vous avez compris que ceci est un indispensable compagnon de votre hiver.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)