Accueil > Musique > 2018 > I am Stramgram - Tentacles

I am Stramgram - Tentacles

mercredi 24 janvier 2018, par Marc


En littérature, on appelle épopée savante une épopée issue de l’imagination d’un auteur et non la retranscription d’une légende orale. En musique, on a aussi une lignée d’artistes se débrouillant seuls ou presque qui ont su nous enchanter ces dernières années. Citons The Callstore ou Noiserv. On distingue le même côté moins organique imposé par le procédé et la même constance dans le résultat même si ici la gamme semble plus élargie encore.

Vincent Jouffroy est de cette trempe-là et après s’être distingué en remportant le prix Ricard Live Music en 2016, il livre ici un album varié et solide à la fois. Sur base du délicat single Serra ‘s Snake (on y reviendra), on pouvait s’attendre à de la douceur. On la retrouve tout de suite, certes, mais elle est assez vite bousculée par une belle montée sur Underwater Tank qui se permet aussi de laisser retomber la pression pour mieux la remettre. On sait donc qu’il y aura de l’intensité, qu’on tient peut-être un des premiers bons albums de ce 2018 qui débute seulement.

Pour encore mieux brouiller les pistes, il ajoute de la pulsation sur Nothing but The Time You Waste qui apporte bien vite un changement de direction. Cela dit, ce morceau est à peu près le seul de son genre sur cet album et c’est ce qui semble justifier les références revendiquées à des artistes comme Beck ou Eels. Pour le reste, il peut se lancer dans un lancinant Set a Thought ou combiner harmonies vocales et grosse guitare pour pousser Eaten Alive vers le haut.

On dépasse donc la délicatesse pour l’intensité et c’est très bien comme ça puisque si on retrouve plein de belles envolées, elles ne sont pas systématiques. L’emploi de l’anglais ne l’est pas non plus puisque Serra’s Snake est en grande partie chanté en français. La montée suer ce morceau ne se fait pas en mode électrique et on peut sans trop s’avancer penser que ça plaira aux nombreux amateurs de Sufjan Stevens. La voix a plutôt des accents de Damon Albarn sur beau et élégiaque Safes.

On sent que c’est un talent seul aux commandes de ce projet parce que le son y est typique. Mais on sent que Vincent Jouffroy sait exactement où il veut aller et sait adapter son style à ses envies. Le résultat est la première grande découverte de 2018.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)