Accueil > Critiques > 2018

I am Stramgram - Tentacles

mercredi 24 janvier 2018, par marc


En littérature, on appelle épopée savante une épopée issue de l’imagination d’un auteur et non la retranscription d’une légende orale. En musique, on a aussi une lignée d’artistes se débrouillant seuls ou presque qui ont su nous enchanter ces dernières années. Citons The Callstore ou Noiserv. On distingue le même côté moins organique imposé par le procédé et la même constance dans le résultat même si ici la gamme semble plus élargie encore.

Vincent Jouffroy est de cette trempe-là et après s’être distingué en remportant le prix Ricard Live Music en 2016, il livre ici un album varié et solide à la fois. Sur base du délicat single Serra ‘s Snake (on y reviendra), on pouvait s’attendre à de la douceur. On la retrouve tout de suite, certes, mais elle est assez vite bousculée par une belle montée sur Underwater Tank qui se permet aussi de laisser retomber la pression pour mieux la remettre. On sait donc qu’il y aura de l’intensité, qu’on tient peut-être un des premiers bons albums de ce 2018 qui débute seulement.

Pour encore mieux brouiller les pistes, il ajoute de la pulsation sur Nothing but The Time You Waste qui apporte bien vite un changement de direction. Cela dit, ce morceau est à peu près le seul de son genre sur cet album et c’est ce qui semble justifier les références revendiquées à des artistes comme Beck ou Eels. Pour le reste, il peut se lancer dans un lancinant Set a Thought ou combiner harmonies vocales et grosse guitare pour pousser Eaten Alive vers le haut.

On dépasse donc la délicatesse pour l’intensité et c’est très bien comme ça puisque si on retrouve plein de belles envolées, elles ne sont pas systématiques. L’emploi de l’anglais ne l’est pas non plus puisque Serra’s Snake est en grande partie chanté en français. La montée suer ce morceau ne se fait pas en mode électrique et on peut sans trop s’avancer penser que ça plaira aux nombreux amateurs de Sufjan Stevens. La voix a plutôt des accents de Damon Albarn sur beau et élégiaque Safes.

On sent que c’est un talent seul aux commandes de ce projet parce que le son y est typique. Mais on sent que Vincent Jouffroy sait exactement où il veut aller et sait adapter son style à ses envies. Le résultat est la première grande découverte de 2018.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)