Accueil > Musique > 2018 > Mèsico - Pure and Shining

Mèsico - Pure and Shining

lundi 5 février 2018, par Marc


On ne va pas faire semblant que Mèsico, le projet solo du musicien Paolo Mazza (Tempelhof) nous était connu. Mais on a pris l’habitude de nous frotter à des inconnus, sachant que la gratification était souvent au bout de l’oreille.

Une voix en retrait dans le mix, une musique faisant la part belle à des instruments non organiques, on devine un homme plus ou moins seul aux manettes. Dans le genre, on peut se rappeler de ce que faisait Aqueduct (on ne s’en souvient généralement pas, convenons-en) il y a une dizaine d’années. Ce qui frappe aussi dès la première écoute, c’est le mélange utilisé. Ou plutôt l’apposition de deux styles distincts qui donne du cachet et de l’équilibre à l’album.

Dans le premier genre on pourra trouver la balade Long Way Black. Mais c’est la façon de rester en retrait, de convoquer quelques notes de piano qui n’en fait pas une musique de feu de camp. Les notes de guitares éparses terriblement mélodiques confèrent un petit air de post-rock qu’on retrouvera aussi au détour de The Devotees. D’une manière générale, la relative discrétion empêche le pathos (A Beautiful Bride) mais il est parfois bien là (Oh, Storm !) ; Il pratique aussi la power-ballad acoustique (A Story for Lovers) et tente de tiller Radiohead qui a tout de même un supplément d’âme indéniable (Your Church).

L’autre tendance est l’établissement d’une ambiance plus vaporeuse pour Harlem et ses cuivres bleus. Les instrumentaux sont clairement ambient sur Bolthorn, confinant au Moby de transition sur Good Luck. A une seule occasion les deux genres se mélangent et on a un langoureux The Albatross (In Memory Of a Friend) qui se profile comme le morceau le plus enthousiasmant de l’album.

C’est l’alternance entre balades voulues poignantes mais tempérées par une production discrète (et une voix en retrait) et des plages instrumentales variées qui apporte de l’équilibre à cet album qu’on ne voit pas nécessairement venir et qui se révèle fort attachant.

(il semble compliqué de vous proposer des extraits de ce que fait Mèsico. En voici deux)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)