Accueil > Critiques > 2018

The Decemberists - I’ll Be Your Girl

mardi 3 avril 2018, par Marc


Même ceux qu’on croit connaitre le mieux peuvent nous réserver quelques petites surprises. Par exemple, sur le premier morceau de leur dernier album, le tellement groupe sympathique de Portland, Oregon nous gratifie de quelques synthétiseurs. On ne voit peut-être pas immédiatement leur apport et on découvre que c’est John Congleton qui est à la production. Cet incontournable maître du son a enluminé bien des bonnes choses récemment (liste complète ici) mais c’est avec Xiu Xiu qu’on l’avait découvert.

On retrouve aussi ces synthés aussi sur Cutting Stone mais leur écriture n’a pas suivi la même évolution. C’est heureux, certes, mais on se surprend à penser que ce ne sont pas les atours les plus pertinents pour le groupe. Chipotages, je vous l’accorde tant le morceau est fidèle à leur genre. Et c’est ça le plus important, on sait qu’on peut compter sur un songwriting de très haut niveau que le son gonflé ne met pas sous l’éteignoir.

Ce traitement, quand il est plus léger, convient bien à des morceaux plus up-tempo comme Your Ghost ou Starwatcher. La pulsation d’un We All Die Young étant presque glam et toujours maîtrisée.

Ils reviennent à une forme plus classique pour eux, limite country, avec un son certes gonflé (Sucker’s Prayer) mais qu’ils ont voulu étrange. Le résultat est en effet plus éloigné de leur veine plus traditionnelle entendue sur The King Is Dead et Long Live The King. Tripping Along est acoustique et ce ne sont pas les discrètes nappes qui viennent le dénaturer. L’espace est donc libre pour l’interprétation toujours intense de Colin Melloy.

Les textes restent simples d’aspect mais toujours ciselés et Everything Is Awful ou Severed peuvent être vus comme une charge anti-Trump. Ce qui est étrange parce qu’on pense souvent que les histoires des Decemberists font partie de la tradition orale et narrative. Ils reviennent d’ailleurs à cette tendance sur un Rusalka plus épique et long. On est forcément contents de les voir revenir à leur domaine de prédilection, à savoir un sens de l’ampleur et de la rupture (la sensation qu’on enchaîne plusieurs morceaux). Souvent même, ils ont utilisé toute la longueur d’un album pour déployer des idées pareilles pour le meilleur (The Crane Wife) ou le pire (The Hazards of Love).

Les synthés sont plutôt concentrés en début d’album, comme pour montrer que ce n’est qu’un essai. Après 17 ans d’existence, un groupe se doit d’essayer des choses, c’est certain et malgré les apparences, la révolution copernicienne n’est donc pas en marche chez la bande de Colin Melloy. L’évolution du son de clavier étant relativement anecdotique puisque le groupe continue à miser sur des qualités d’écriture et une interprétation jamais prise en défaut.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still (...)