Accueil > Critiques > 2018

Mount Eerie - Now Only

mercredi 11 avril 2018, par Marc


Pour écrire valablement sur un album, il faut écouter, encore et encore, pousser loin la connivence avec l’artiste et puis on écrit sur la musique parce qu’on aime l’écouter. Donc quand une œuvre est rétive à l’écoute, elle ne débouche jamais sur un article. Sorti après le décès de sa femme Geneviève A Crow Looked at Me montrait le désarroi du tellement attachant Phil Elverum. Je l’avais écouté, la gorge nouée mais c’était tellement sincère, tellement désarmant et au premier degré, le souvenir de l’écoute était tellement fort que je n’y suis plus revenu.

Cet album se place dans la lancée (si on peut dire) du précédent, un peu plus tard forcément, et on suit avec douleur le deuil. Il peut maintenant revenir sur des souvenirs heureux (Tintin In Tibet) et parler du présent.

Ce qui faisait le sel de Mount Eerie, ce sont surtout les textures sonores, une maîtrise du chaos qui nous a valu deux des meilleurs albums de 2012. La forme est ici bien plus simple et on ne retrouve que quelques traces de vrombissement sur le bien nommé Distorsion (onze minutes tout de même). Now Only propose aussi une très légère hausse de tempo mais il faut être très attentif pour retrouver ces moments. La mélodie n’est qu’un vague prétexte. Si la langue anglaise n’est pas votre truc, ce n’est sans doute pas le conseil du moment. Parce que ce sont les mots, justes et forts qui toucheront.

Plus que magnifiques dans l’absolu, ces deux albums sont trop frontalement sincères pour moi, avec trop peu de musique pour trop de mots. S’ils confirment le talent de Phil Elverum, on est certains de ne pas y revenir, parce qu’ils sont finalement pesants et que ce qui nous attachait à Mount Eerie, ce mélange intense, dense et puissant musicalement n’est pas là.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une (...)