Accueil > Musique > 2018 > Midas Fall - Evaporate

Midas Fall - Evaporate

lundi 30 avril 2018, par Marc


D’une manière générale, ce qui n’est pas apprécié est simplement plus écouté et aucun article ne parait. Rarement, on estime que les réserves méritent d’être partagées ou on s’accroche. Par contre, on ne s’attaque plus à un album si on pense qu’on ne l’aimera pas. La vie est courte, ce n’est qu’un hobby après tout. Alors pourquoi se pencher de nouveau sur le cas Midas Fall, surtout si on a les mêmes réserves que pour Wilderness ?

Parce qu’on est à la lisière et que si le mélange nous semble bien déséquilibré, il se trouve certainement parmi l’aimable lectorat des auditeurs potentiels qui s’en accommoderont mieux que bien. Ca sort chez Monotreme qui nous a quand même fourni Ed Tullett, Barzinou certains 65 Days of Static, Niagaraou sleepmakeswaves.

Musicalement, les fulgurances de Bruise Pusher sont puissantes, intenses. On appréciera moins la batterie synthétique moins emballante de la plage titulaire. Parfois le sucré/salé marche mais pas toujours. Essayez de mettre du Nutella sur un jambonneau pour voir (non, je n’ai pas essayé). Le plus cruel là-dedans, c’est qu’on écoute ceci en même temps qu’une certaine Anna von Hausswolff.

Encore une fois donc, je dirais énormément de bien des versions karaoké des morceaux présentés ici. Les voix ne sont pas indignes mais leur ton un peu doucereux en atténue considérablement l’impact. Sans vouloir se présenter comme défenseurs de l’orthodoxie post-rock, les vocaux nous empêchent d’apprécier une musique plutôt bien fichue par ailleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)