Accueil > Critiques > 2018

Midas Fall - Evaporate

lundi 30 avril 2018, par Marc


D’une manière générale, ce qui n’est pas apprécié est simplement plus écouté et aucun article ne parait. Rarement, on estime que les réserves méritent d’être partagées ou on s’accroche. Par contre, on ne s’attaque plus à un album si on pense qu’on ne l’aimera pas. La vie est courte, ce n’est qu’un hobby après tout. Alors pourquoi se pencher de nouveau sur le cas Midas Fall, surtout si on a les mêmes réserves que pour Wilderness ?

Parce qu’on est à la lisière et que si le mélange nous semble bien déséquilibré, il se trouve certainement parmi l’aimable lectorat des auditeurs potentiels qui s’en accommoderont mieux que bien. Ca sort chez Monotreme qui nous a quand même fourni Ed Tullett, Barzinou certains 65 Days of Static, Niagaraou sleepmakeswaves.

Musicalement, les fulgurances de Bruise Pusher sont puissantes, intenses. On appréciera moins la batterie synthétique moins emballante de la plage titulaire. Parfois le sucré/salé marche mais pas toujours. Essayez de mettre du Nutella sur un jambonneau pour voir (non, je n’ai pas essayé). Le plus cruel là-dedans, c’est qu’on écoute ceci en même temps qu’une certaine Anna von Hausswolff.

Encore une fois donc, je dirais énormément de bien des versions karaoké des morceaux présentés ici. Les voix ne sont pas indignes mais leur ton un peu doucereux en atténue considérablement l’impact. Sans vouloir se présenter comme défenseurs de l’orthodoxie post-rock, les vocaux nous empêchent d’apprécier une musique plutôt bien fichue par ailleurs.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça (...)