Accueil > Musique > 2018 > Jamie Stewart - An Aggressive, Chain Smoking Alcoholic

Jamie Stewart - An Aggressive, Chain Smoking Alcoholic

mercredi 9 mai 2018, par Marc


On pouvait raisonnablement se demander ce qui pousse un artiste comme Jamie Stewart à se lancer dans un exercice solo. En effet, Xiu Xiu est sa chose et ce projet cher à nos cœurs n’a jamais renoncé à des changements de style. Apparemment, il y avait tout de même des contraintes et une attente qui ne collaient pas avec la volonté de liberté totale de Jamie Stewart. Quand on écoute cet album, on comprend mieux la démarche tant le résultat s’éloigne d’un format ‘chanson’, ce terme étant tellement peu approprié de toute façon.

Stewart est un des rares artistes contemporains à distiller une notion de danger. On se promène dans les albums de Xiu Xiu comme on explore une maison hantée, un peu sur ses gardes et la lampe de poche aux aguets. Ce n’est pas cette sortie-ci qui va changer la donne, puisque le contenu est intégralement instrumental et anxiogène. Difficile à décrire dans l’aspect mais très clairement tendu dans le résultat. Cet album sorti pour le jour des disquaires sur le nouveau label pinyon (qui revendique ‘born out of a love for music that sounds wrong, or at least is on the wrong side of right’) et produit par Lawrence English (plutôt versé sur les installations sonores d’art contemporain).

N’abusant pas de distorsion et ne présentant que peu de beats, ces morceaux ne prennent pas l’auditeur dans le sens du poil sans pour autant mettre ses nerfs à rude épreuve. On n’entendra pas la voix affectée et tellement particulière de Jamie ici et bon, on ne conseillera cet album qu’aux oreilles curieuses et pas impressionnables.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)