Accueil du site > Musique > 2005 > Ellen Allien : Thrills

Ellen Allien : Thrills

mercredi 16 août 2006, par Marc


C’est une tendance lourde des DJ’s célèbres proposant des albums : au lieu de systématiquement rechercher la bombe de dancefloor, ils explorent des paysages plus variés. C’est le cas de Laurent Garnier, Miss Kittin, de CJ Bolland dans Magnus (un peu moins pour Vitalic par exemple).

De la part d’une Djette berlinoise, on attend un album plutôt ’dur’ et le premier morceau, le très réussi ’Come’ dissipe les doutes. Les couches de musique qui viennent s’accumuler sont parfaitement distillées, on n’est pas dans une démo de programme de musique sur ordinateur.

C’est donc avec une certaine curiosité qu’on attend le reste. On peut d’ailleurs l’attendre un peu plus longtemps, tant plusieurs écoutes sont requises pour pleinement apprécier la subtilité de cette musique électronique qui peut se révéler tantôt sensuelle (Your body is my body), tantôt plus froide paradoxalement par l’apport de voix désincarnées comme c’est la norme dans ce genre de musique (si les voix sont peu retravaillées on est dans la dance la plus élémentaire). Les influences de Ellen Allien (chouette pseudo au passage) sont parfois clairement eighties (Naked rain) mais aussi plus anciennes avec cette évocation très Kraftwerk de l’intro de Down (qui termine dans une house qui personnellement me touche moins).

Ce qui séduit aussi, c’est la variété des climats installés. Tout le monde un tant soit peu curieux y trouvera son compte. Les amateurs de musique plus ample et démonstrative apprécieront Washing machine is speaking. C’est vers les morceaux qui m’évoquent le plus l’Underworld de A hundred days off (Ghost train, Cloud city) que je me dirige le plus volontiers. A noter que certains titres peuvent rappeler les recherches de The future sound of London (She is with me) en leur temps. (M.)

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0