Accueil > Musique > 2018 > Rougge - Cordes

Rougge - Cordes

vendredi 18 mai 2018, par Marc


Il est finalement rare qu’un nom d’album colle autant à ses intentions. Dans le cas du Français (de Nancy) Rougge, on n’est pas trompés sur la marchandise. Cordes en comporte en effet beaucoup. Denses, cinématiques, elles tiennent ces morceaux sensibles. Visiblement son camp de base comprend sa voix (mais pas de mots, on y reviendra) et un piano. C’est avec un quintette que ce troisième album parait et on peut dire qu’on est séduits par le résultat.

Après un morceau d’introduction, les violons donc et la voix déboulent. La présence de la voix est bien intégrée (Fragment 9), certes, mais les cordes et le piano pourraient sans doute suffire. Ou l’équilibre pourrait être perturbé, allez savoir. Mais nous ne sommes pas ici pour faire de la critique spéculative d’albums inexistants, mais pour commenter le résultat. Et il est indéniablement beau, pur et organique même s’il faut bien admettre que cette voix haut perchée ne tient pas les promesses de références luxueuses.

On pensera à Sigur Ros (Fragment 26) ou autres Sébastien Schuller ou Patrick Watson tout en précisant que ce n’est pas aussi éclatant. Avec un chanteur de ce niveau (ceux cités plus d’autres comme AHNONI) d’ailleurs, ça pourrait tout simplement être sublime. En l’état, c’est très beau et d’une impeccable réserve pour que l’émotion ne soit jamais larmoyante. C’est dense (belle progression d’accords sur Frangment 53) sans être touffu mais bon, on ne le suit pas dans cette volonté de parler dans une langue inexistante.

C’est d’autant plus dommage qu’on atteint voire dépasse tout ce qu’on a pu citer sur le plan purement musical. On n’est pas vraiment étonnés d’apprendre qu’il a été impliqué dans l’illustration sonore d’images. Notamment avec le formidable photographe Vincent Munier. Pour ceux qui aiment les raccourcis, on se bornera à dire que Rougge, c’est beau, tout simplement. Le jour où le Français trouvera un vocaliste qui correspond à son niveau musical, on sera au sommet. En attendant, cet album sensible distille d’impeccables cordes pour amateurs d’émotion pure.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)