Accueil > Musique > 2018 > Exitmusic - The Recognitions

Exitmusic - The Recognitions

vendredi 8 juin 2018, par Marc


La longévité de ce site due à l’entêtement de votre serviteur permet au moins une chose, le suivi de carrières connaissant de longues interruptions. Il a ainsi fallu attendre six ans pour le que le très séduisant Passage trouve un successeur et on peut dire qu’ils ont repris les choses en l’état sans changer ce qui marchait déjà.

Exitmusic est la musique d’un duo qui est aussi un couple dont la voix d’Aleksa Palladino (également actrice vue notamment dans la série Boardwalk Empire et actuellement en tournage avec Martin Scorsese) est la composante la plus distincte. Étrangement, cette musique semble éluder le spectaculaire. Il y a pourtant de l’accélération, la voix se fait tour à tour caressante et éructante mais ne perce volontairement pas le vernis d’un son travaillé et épais. C’est donc de la dream-pop si vous voulez, un peu sombre sur les bords.

On le sent dans la propension des morceaux à présenter deux visages, les densifications (Closer) ne prenant que plus d’ampleur. Iowa partait comme un morceau en demi-teinte et puis, sans qu’on ne comprenne comment, se hisse à des sommets insoupçonnés sans effets de manche. Ils peuvent ainsi instiller un peu de lourdeur bienvenue (I’ll Never Know), quitte à utiliser des synthés ou un peu de distorsion pour laisser sourdre toute la langueur de Trumpets Fade.

On ne va pas exagérer et dire que chaque morceau a captivé à chaque écoute mais la cohérence et la personnalité du duo peut faire la différence. Pas vraiment éthérée et un peu dark sur les bords, la pop dense d’Exitmusic compte aussi sur la personnalité et la versatilité vocale d’Aleksa Paladino pour emporter la mise.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)