Accueil > Musique > 2018 > Aaron Roche - Haha Huhu

Aaron Roche - Haha Huhu

lundi 11 juin 2018, par Marc


Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas autant exploré les chemins de traverse du folk. Mais à l’instar d’un Animal Collective qu’on ne peut pas vraiment associer au feu de camp (ou alors avec un apport solide d’eau-de-feu), ce que fait Aaron Roche recouvre une réalité musicale bien plus large. Oui, on y entend de la guitare acoustique et les harmonies musicales sont mises à l’honneur mais ça plaira plus aux fans de Panda Bear qu’à disons, les tenants d’une orthodoxie à la Pete Seeger.

On se souvient aussi que Syd Barrett a été un des précurseurs de cette mise à feu d’une musique faussement simple et ce glorieux ancien nous revient en mémoire sur Bang. Certes, on n’aurait pas pu retrouver ce son-là sur The Piper at The Gates of Dawn.

Like Why I propose une structure a priori classique et des chœurs bien bidouillés qui répondent et puis une fois que le chant, que sa mélopée est installée, il la considère comme de la matière primaire et la façonne pour en faire quelque chose d’une densité qu’on n’a plus entendu pareille depuis le formidable Person Pitch de Panda Bear. Haha Huhu rappelle aussi cet album maintenant passé à la postérité.

On avait à l’époque pris l’habitude de ce son d’enregistreur qui tourne dans le tambour de la machine à laver. Avec beaucoup de belles réussites à la clé mais ce qu’on entend ici est plus pur, et forcément isolé de toute mode. Evidemment, cette approche parfois expérimentale peut aussi ne pas marcher (K Is Manic). Mais cette musique profite même de ses propres ratés sur Florida qui se présente presque comme une répétition. Mais sans temps morts, avec une mélodie qui finit par percer. On se dit que cette complexité est finalement bien rude à mettre en place. Ce sont les cordes qui apportent tout l’appui et la densité voulue à Wooden Knife.

Le sens mélodique et la sensation aérienne qui se dégage de certains morceaux (Haha Huhu, The Telephone, Supreme Monument) le rapproche cependant d’un autre maître incontesté, Sufjan Stevens. On ne sera pas surpris qu’Aaron Roche ait été guitariste de tournée pour Stevens mais aussi Lower Dens et Anohni.

Situer Aaron Roche comme le chaînon manquant entre Animal Collective et Sufjan Stevens est aussi vague que réducteur. Mais l’Américain tient son rang en si bonne compagnie et son album sorti l’an passé rappellera de bien bons souvenirs à ceux qui ont suivi ces circonvolutions d’une époque où les échappées du folk constituaient l’avant-garde.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)