Accueil > Critiques > 2018

Aaron Roche - Haha Huhu

lundi 11 juin 2018, par Marc


Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas autant exploré les chemins de traverse du folk. Mais à l’instar d’un Animal Collective qu’on ne peut pas vraiment associer au feu de camp (ou alors avec un apport solide d’eau-de-feu), ce que fait Aaron Roche recouvre une réalité musicale bien plus large. Oui, on y entend de la guitare acoustique et les harmonies musicales sont mises à l’honneur mais ça plaira plus aux fans de Panda Bear qu’à disons, les tenants d’une orthodoxie à la Pete Seeger.

On se souvient aussi que Syd Barrett a été un des précurseurs de cette mise à feu d’une musique faussement simple et ce glorieux ancien nous revient en mémoire sur Bang. Certes, on n’aurait pas pu retrouver ce son-là sur The Piper at The Gates of Dawn.

Like Why I propose une structure a priori classique et des chœurs bien bidouillés qui répondent et puis une fois que le chant, que sa mélopée est installée, il la considère comme de la matière primaire et la façonne pour en faire quelque chose d’une densité qu’on n’a plus entendu pareille depuis le formidable Person Pitch de Panda Bear. Haha Huhu rappelle aussi cet album maintenant passé à la postérité.

On avait à l’époque pris l’habitude de ce son d’enregistreur qui tourne dans le tambour de la machine à laver. Avec beaucoup de belles réussites à la clé mais ce qu’on entend ici est plus pur, et forcément isolé de toute mode. Evidemment, cette approche parfois expérimentale peut aussi ne pas marcher (K Is Manic). Mais cette musique profite même de ses propres ratés sur Florida qui se présente presque comme une répétition. Mais sans temps morts, avec une mélodie qui finit par percer. On se dit que cette complexité est finalement bien rude à mettre en place. Ce sont les cordes qui apportent tout l’appui et la densité voulue à Wooden Knife.

Le sens mélodique et la sensation aérienne qui se dégage de certains morceaux (Haha Huhu, The Telephone, Supreme Monument) le rapproche cependant d’un autre maître incontesté, Sufjan Stevens. On ne sera pas surpris qu’Aaron Roche ait été guitariste de tournée pour Stevens mais aussi Lower Dens et Anohni.

Situer Aaron Roche comme le chaînon manquant entre Animal Collective et Sufjan Stevens est aussi vague que réducteur. Mais l’Américain tient son rang en si bonne compagnie et son album sorti l’an passé rappellera de bien bons souvenirs à ceux qui ont suivi ces circonvolutions d’une époque où les échappées du folk constituaient l’avant-garde.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)