Accueil > Critiques > 2018

Ella/Foy - Walking In The Space

jeudi 26 juillet 2018, par Marc


A l’instar du chanteur des excellents Pépitedont la voix peut malheureusement rappeler celle de Jean-Louis Aubert, j’avoue m’être surpris à penser que celle de la chanteuse Hélène (non, pas celle de la sitcom…) est proche de celle de Zaz. Mais si cette dernière me donne l’envie d’organiser sa rencontre avec une pelle à neige, ce qu’on entend ici s’en éloigne sensiblement. Fort heureusement d’ailleurs parce que cette voix tient les avant-postes. Avec accent raisonnablement frenchy et une voix plutôt groove qui sait prendre ses aises dans ces atours, elle sait capter l’attention tout au long du premier album du duo français.

On retrouve aussi avec plaisir l’emploi de leur langue maternelle et cette variété est bienvenue. Il y a surtout ces Envolées Sauvages qui sont la carte de visite de ce premier album (après 3 EP), notamment grâce à ce très beau clip qui sert de publicité pour le festival du film d’aventures de La Rochelle.

Musicalement parlant, tout ceci reste assez simple et direct, éloigné de tout ostentatoire et esbroufe. Mais cette base se voit souvent renforcée, par un peu d’orgue (Rock In My Shoes) ou d’harmonica. C’est celui de Bruno Tredjeu et le résultat est proche de ce qu’on apprécie chez Moriarty. Pour le reste, ils leur faut peu de chose pour être à la fois groove et acoustique (How Would It Be, Red) et on constate soit un bien bel engagement (I Don’t Wanna Work) soit une prenante intimité (Last Goodbye). Donc ce premier album imprégné de voyage se révèle de plus en plus attachant au fil des écoutes.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)