Accueil > Musique > 2018 > Brisa Roché - Father

Brisa Roché - Father

jeudi 30 août 2018, par Marc


On n’avait plus parlé de la Californienne de naissance depuis de longues années. On l’avait laissé dans un mood assez indie pop rétro (ce sont les mots de Paulo à l’époque) et on la retrouve bien à son avantage sur un album très personnel qui tend à prouver que son parcours de vie est aussi peu linéaire que sa discographie.

La liste des albums basés sur l’absence d’un être aimé est infinie. Et chaque artiste a son histoire et chacun de ces albums est différent. On ne peut pas facilement rapprocher Carrie et Lowell de Sufjan Stevens de Skeleton de Nick Cave si ce n’est une impressionnante beauté. Laquelle peut aussi mettre mal à l’aise. J’ai en effet eu un peu de mal avec les trop frontales œuvres de Mount Eerie qui parlait du décès de son épouse.

On ne trouvera pas cette tendance impudique sur le sixième album de Brisa Roché et si l’évocation de son père fantasque et décédé quand elle avait 16 ans (three times my sixteen was your fourty-eight glisse-t-elle sur le logiquement nommé 48) reste prenante, elle bénéficie d’assez de recul. Moins intime certainement mais pas mois personnelle, cette expérience touche évidemment à l’universel.

C’est évidemment la voix de Brisa Roché qui frappe d’emblée et on peut dire qu’elle convient vraiment à sa nouvelle inclination folk. On ne parle cependant pas de musique de feu de camp, notamment parce que la production est confiée à un certain John Parish. Ce qu’on pourrait deviner dans la production directe d’un morceau comme Fuck My Love sur lequel il ne faudra pas beaucoup se forcer pour trouver des traces de P.J. Harvey (Parish avait produit son fantastique To Bring You My Love). Pour le reste, cette mise en musique assure un très bel équilibre avec la voix parfois étrange en dosant les effets.

On peut penser à Marissa Nadler sur le plus acoustique Cypress. Et même quand il y a un peu de guitare dans le fond, on n’est pas trop loin de la manière récente d’une Nadler décidément chère à nos cœurs. Sa voix finalement peut se révéler assez poignante sur Can’t Control qui reçoit un judicieux renfort de violon et de feedback. Vous aurez compris que ça peut être bien beau (Patience), avec une belle mélodie (Engine Off) ou un mid-tempo qui se gorge d’intensité sur Black Mane avec quelques prises d’intensité (pensez aux bons moments de First Aid Kit). La douceur domine sur Holy Badness, à peine modérée par ce brin de guitare distordue dans le fond. Notons que Nick Zinner des Yeah Yeah Yeah’s est venu prêter main forte.

Ce n’est pas le premier revirement de style pour Brisa Roché. Mais si on ignore ce qu’elle a fait auparavant, on se dit que cette mouture-ci lui convient particulièrement. La conjonction d’un sujet très personnel, de sa voix particulière et d’une production tout-à-fait en phase de John Parish en font le sommet indéniable de sa discographie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)