Accueil > Musique > 2018 > Pierre Lapointe et Les Beaux Sans-Coeur - Ton Corps Est Déjà Froid

Pierre Lapointe et Les Beaux Sans-Coeur - Ton Corps Est Déjà Froid

lundi 10 septembre 2018, par Marc


Un des moteurs les plus puissants d’un artiste, c’est sans doute l’envie. Il n’est pas trop compliqué de comprendre celle qui a présidé à la genèse de cet album. Envie de rock, de groupe, d’enregistrement live, sans doute pour faire diversion dans une série de tournées en formation minimale et des enregistrements (celui-ci, Paris Tristesse) en piano-voix. On a aussi décelé ces envies contraires de Dominique A qui sort deux albums cette année-ci pour des résultats forcément bien différents. Il n’est évidemment pas le premier. Même Bowie a eu cette tentation avec Tin Machine. Mais il faut bien avouer que ce projet est largement oublié à l’aune du reste de sa discographie et on devine un destin similaire pour ce Ton Corps Est Déjà Froid. Notons aussi ce cette sortie surprise est publiée sous le nom de Pierre Lapointe et les Beaux Sans-Cœur et qu’il fera l’objet d’une petite tournée canadienne.

Tout comme son approche de la musique est parfois bien conservative (occasionnellement kitsch diront les moins indulgents), le rock vu par Pierre Lapointe est aussi fort convenu. Qu’on soit clair, il en faut plus que quelques guitares électriques pour nous faire tourner de l’œil et ces colonnes sont remplies d’œuvres bruitistes et exigeantes.

Mais ce qu’on entend ici est du rock bien basique mais qui est assez régressif dans ses intentions comme dans son exécution. Sympa, certes, mais c’est compliqué d’en faire sortir une émotion. Ce n’est sans doute pas l’intention du reste. Par contre, le rockabilly de Si Tu Dis Non est imbuvable selon nos standards. Les Forbans sont passés par là et on serre les dents. Ne pas être trop exigeant pour une récréation mais bon, on est là aussi pour juger du plaisir d’auditeur.

Lequel sera comblé avec de bonnes choses comme Sous Ses Cheveux ou les moments calmes qui scellent les retrouvailles. (Encore Un Autre Amour). Il faut évidemment garder la voix claire et en avant, on est dans la chanson française et le public potentiel, même s’il ne sera constitué que de convaincus, voudra comprendre les mots de Pierre. A raison d’ailleurs, ils n’ont pas été bâclés. Avec au passage quelques grivoiseries amusantes (Il parait que t’es un animal/Une bête au lit/On dit que t’es comme un demi-dieu quand tu nous farcis sur Vrai ou Faux, 1 2 3 4/J’aimerais te prendre à quatre pattes sur 1 2 3 4)

Il y a indéniablement de la compétence ici, comme en témoignent les 9minutes instrumentales de Décompte. Mais on se rend compte aussi que cette jam bien balancée n’arrive pas à capter l’intérêt. On est en 2018 et des années de fréquentation du post-rock nous ont rendus exigeants.

Voici donc une critique trop sérieuse d’un album pas prétentieux. On dit pudiquement dans des cas comme celui-ci que c’est un album pour les fans. Trop bruyant pour les amateurs de chanson française ciselée, pas assez pour les amateurs de rock pur et dur, il peinera sans doute à trouver un public large. On est bien d’accord que c’est le plaisir de jouer ensemble un peu plus fort qui a présidé ici et que les textes restent touchants ou amusants Ils se sont visiblement bien défoulés mais quand la forme revêt d’aussi peu d’intérêt, la pertinence du fond se perd un peu.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)