Accueil > Musique > 2018 > Big Red Machine - Big Red Machine

Big Red Machine - Big Red Machine

vendredi 21 septembre 2018, par Marc


Les bonnes collaborations sont faites de bons collaborateurs. C’est une assertion qui ressemble à une lapalissade mais qui trouve ici une illustration assez convaincante. Aux commandes de ce Big Red Machine se trouvent en effet Aaron Dressner et Justin Vernon. Si on connait surtout le premier en tant que guitariste de The National, il ne faut pas oublier qu’il est le principal auteur de la formation et qu’il produit des artistes comme Local Nativesou Sharon Van Etten. Le second est évidemment derrière Bon Iver (ou Volcano Choir, d’ailleurs). Alors que son premier album l’installait comme premier de classe, les suivants l’ont amené au statut de maître d’école. Ils sont pour l’occasion accompagnés du batteur James Mc Allister qui a programmé les boites à rythmes de Sleep Well Beast et joué sur quelques Sufjan Stevens (Illinoise, The BQE…), de Bryan Devendorf de The National et Richard Reed Parry d’Arcade Fire et encore d’autres. Du bien beau monde donc.

Big Red Machine etait à la base une piste instrumentale crée par Aaron Dressner et envoyée à Justin Vernon à l’époque de l’élaboration de la compilation Dark Was The Night. Cette collaboration reprend le même principe, Dressner s’occupant des structures sonores des morceaux. Evidemment, ceux qui ne jurent que par le folk dépouillé et lumineux de For Emma, Forever Ago, il y a de quoi avaler de travers. Mais même ceux-là ont suivi l’évolution de Justin Vernon on imagine et le résultat semblera d’emblée familier aux amateurs du Bon Iver plus récent.

Cet album est assumé comme étant expérimental mais ce n’est pas compliqué pour autant, plus opaque. On dénote tout de même des guitares assez libres (Lyla) ou des structures rythmiques complexes (Air Stryp). Logiquement, c’est sur ce genre de morceaux que le projet prend tout son sens. Ils se permettent donc de pousser le curseur un peu plus loin et on obtient par exemple l’intensité répétitive de Melt. A l’opposé, la simplicité apparente d’Hymnostatic fait mouche.

Ses accents de voix s’y font plus modernes, donnant un petit de Tv On The Radio au camping sauvage, avec l’intensité qui va avec. On apprécie I Won’t Run From It pour ces raisons en tout cas, tout comme on aime le joli gimmick de piano de People Lullaby ou qu’ils jettent des ponts avec le front aventureux du r ‘n b (OMDB). Bon, on n’aurait pas pleuré l’absence d’autotune mais c’est vraiment anecdotique.

Sans esbroufe ni volonté de livrer des expérimentations peu abouties, la coopération de Dressner et Vernon livre un album qui ne nous a pas surpris mais confirmé que ces deux-là ont encore bien des idées à partager.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)