Accueil > Musique > 2018 > Rue Royale - In Parallel

Rue Royale - In Parallel

lundi 1er octobre 2018, par Marc


Le duo mixte a été pendant plusieurs années une formule qui marche, avec de bien belles réussites à la clé, de White Stripes à The Kills en passant par les plus consensuels Cocoon ou Cats on Trees ou encore She and Him, Soldout ou Handsome Furs. Cette dualité est encore plus marquée quand les membres viennent de continents différents, avec la différence de perception qui va avec, laquelle est au cœur de ce In Parallel.

Leur quatrième album est une excellente occasion de vous parler de ce que font Brookln et Ruth Dekker qu’on suit depuis quelques temps déjà. Après un morceau d’introduction qui lui sert de rampe de lancement, Thrown By The Wind propose une belle entrée en matière avec une percussion vient relever l’ensemble. C’est d’emblée léger et enlevé et donne le ton d’un album qu’on a pris du plaisir à apprivoiser.

En effet, plus le temps passe plus on apprécie cette maestria qui leur permet de ne jamais utiliser de grosses ficelles pour obtenir un résultat léger et dense à la fois. Il y a certes un roulement de batterie sur Why Must I Build mais le ton reste éthéré. Cette verve se traduit par une sensation de légèreté et de densité à la fois sur Signs All Gone. Ce morceau se profile comme un Fink éthéré, avec un gimmick de piano qui fonctionne sur toutes les structures du son.

Ils obtiennent ainsi une musique en apesanteur (For Which Is Heavy) mais qui prend de la hauteur sur un mode plus instrumental. On peut aussi parler de Stars brouillardeux parce que par rapport à la formation canadienne, la connivence avec l’auditeur ne se fait pas par le biais des sentiments mais en l’enveloppant dans sa musique. On a même droit à un bouquet final avec la belle luxuriance de I Don’t Know What It Is et le bien balancé Eagerly Hunting distille d’emblée une belle tension rentrée.

La finesse de Rue Royale pourrait les desservir. Pas vraiment spectaculaire, leur musique recèle pourtant de grands moments pour ceux qui se donneront la peine de les découvrir. Les amateurs de belles choses subtiles et intenses comme Fink ou Stars seront en tous cas bien inspirés de se pencher sur le cas Rue Royale.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)