Accueil > Critiques > 2018

Jeanne Added - Radiate

lundi 5 novembre 2018, par marc


On le répète souvent, mais ce ne sont pas les albums qu’on écoute le plus qui sont les plus faciles à critiquer. Le premier de la Française Jeanne Added avait laissé plus de trace dans nos mémoires que sur ce site. Fort et accessible, puissant sans être bourrin, et équilibre compliqué à établir était réussi d’emblée. Fort logiquement, ces qualités se retrouvent ici aussi.

Une belle voix tout d’abord, franche et assurée, nullement proche des divas dance de l’EDM bas-du-front. Elle tient la dragée haute de Falling Hearts, il est vrai bien aidée par une mélodie limpide. Ce morceau electro-pop bien ficelé n’est pas trop marqué du sceau des années ’80, contrairement à l’écrasante majorité de ce qu’on entend du genre ces dernières années.

C’est l’autre force de l’artiste, la force des passages instrumentaux électroniques. Elle injecte ainsi plus d’intensité sur la plage titulaire qui monte, monte. Elle réitère sur Mutate et ce sont ces moments de transformation, de passage entre deux mondes qui sont les plus passionnants ici.

Logiquement, sans doute, le sentiment d’urgence, de fronde presque punk du premier album n’est plus là. Mais il reste évidemment de l’énergie sur Enemy ou Before The Sun d’emblée plus rapide. Song 1-2 est assez percutant aussi, mais à combustion plus lente.

Peut-être moins direct que son premier essai, le second album de Jeanne Added s’oriente vers une pop synthétique maitrisée et de bon aloi. La première transformation est une confirmation, on attend déjà impatiemment la suite.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)