Accueil > Critiques > 2018

Villagers - The Art of Pretending To Swim

lundi 8 octobre 2018, par Marc


Moins d’une minute, c’est ce qu’il a fallu à Conor O’Brien pour qu’on se rappelle pourquoi on le suit depuis cette soirée de Belfast où on l’avait découvert seul à la guitare ouvrir la scène pour Owen Pallett. Again est dense, délicat comme il faut avec le son tout juste pas pompier qu’il faut. Certains artistes trouvent le chemin de votre âme avec assurance et rapidité et il a ce don-là. C’est toujours un plaisir et une immense facilité de trouver une porte d’accès aussi aisée à un album. Il sait qu’on n’a qu’une occasion de faire une première bonne impression et commencer un album de la sorte, c’est assurer les écoutes successives.

On avait pourtant ressenti à l’écoute de ses deux albums précédents construits autour des mêmes compositions qu’il allait virer vers une forme plus classique et dépouillée. Il n’en est visiblement rien. Surtout si on considère l’utilisation de synthés vintage mais discrets, comme ceux que Sufjan Stevens. Les audaces formelles sont un peu différentes, avec des samples vocaux sur Love Came With All that It Brings et de l’électronique tendance blip-blip (par opposition à l’adjonction de beats aussi connu sous le nom d’électronique boum-boum) sur Real Go-Getter, morceau qui maintient sa douceur. A Trick Of The Light est certes plus classique. Il fallait bien laisser retomber cette pression après le brillant début. Forcément, l’album se tasse un peu en son milieu.

Comme c’est plus ample, il y a plein de couches et il a fallu préserver une certaine légèreté. Il faudra donc prendre Long Time Waiting pour la pièce complexe et très légère qu’elle est, quitte à ne pas adhérer pour ceux qui ont tant aimé la chaleur plus dépouillée de ses premiers albums. Les synthés bien prog pouvant perdre quelques auditeurs en route. On se compterait dans ceux-là. A l’inverse, Sweet Saviour nous prend presque par surprise, serrant son étreinte de cordes à notre insu.

S’il est une chose qu’on adore, c’est suivre l’évolution des artistes. Evidemment, le risque de les voir s’éloigner de ce qui nous a rapprochés d’eux est grand mais il faut le prendre pour avoir la chance de les voir prendre un envol presqu’inéluctable. On avait senti sur le duo Darling Arithmetic/Where Have You Been All My Life que Conor O’Bien était dans une période de transition dont il est visiblement sorti, renforcé dans ses choix qu’il assume. Quitte à perdre quelques fans du début dans le processus, rebutés qu’ils pourraient être par quelques délires un peu prog et un son très lisse. Mais il reste pour tous le magistral morceau d’ouverture.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)