Accueil > Musique > 2018 > Dominique A - La Fragilité

Dominique A - La Fragilité

mercredi 7 novembre 2018, par Marc


Il l’avait annoncé, Dominique A avait des envies électriques et acoustiques assouvies sur deux albums distincts cette année. Première constatation, on n’est pas dans une dualité électrique toutes guitares dehors/feu de camp telle que la pratique, disons, un Neil Young. Mélanger ces titres à ceux de Toute Latitude est envisageable sans avoir de résultat déroutant, sans doute parce qu’ils sont issus des mêmes sessions. Les structures des morceaux sont construites autour d’arpèges (sa référence avouée dans la démarche étant Leonard Cohen), c’est manifeste, mais ce n’est pas le folkdécharné qu’on aurait pu attendre. Il y a en effet bien plus de couches que ça (Comme L’Encre).

Tout le bien étant dit de Toute Latitude, qu’en est-il cette Fragilité  ? Le désormais quinquagénaire nous livre un album forcément moins flashy, forcément peu chargé en hymnes. La Fragilité porte bien son nom ou pas. C’est pertinent parce qu’il s’y met à nu comme d’habitude et que la puissance de feu (surtout manifeste en concert) ne peut être convoquée en renfort. Mais si la délicatesse est là, il ne doit pas compter sur la fragilité pour que le charme opère, même si cette fragilité est personnelle et même revendiquée par l’auteur. Ce n’est même pas lent (Le Temps qui Passe Sans Moi) d’ailleurs et même les morceaux un peu moins spectaculaires sont toujours parfaitement finis (La Splendeur, Le Soleil).

Mais on discute ici de nuances puisque c’est un album de Dominique A qui se place logiquement dans sa discographie étoffée. Il peut donc compter sur ses points forts. La Poésie est ainsi limpide, évocatrice et personnelle à la fois. On retrouve quelques mélodies magnifiques de Beau Rivage ou Comme Au Jour Premier dont on sait qu’il nous accompagnera longtemps.

Les thèmes sont aussi personnels et parfois récurrents. Le Grand Silence des Campagnes fait écho à Désert d’Hiver ou à Close Ouest, voire La Fin D’un Monde. C’est finalement un des derniers artistes naturalistes qui n’a pas peur de relater, tout simplement, sans fard et sans idéalisation d’une vie à la campagne fantasmée. Il trouve là aussi un bel équilibre entre abstraction et une écriture plus frontale (Le Ruban). Le tout avec un sens mélodique poussé fort loin.

Tout ne renverse pas en première écoute mais on sait qu’on passera tellement de temps avec un de ses albums qu’on sait que la première impression n’est jamais définitive. Cependant, quelques semaines de fréquentation assidue plus tard, on peut affirmer qu’on l’a connu plus percutant. Cette Fragilité n’a pas l’impact d’albums comme Eléor ou Vers Les Lueurs parce qu’il est évidemment compliqué de rester parfait sur les 32 titres parus cette année. Mais il y a assez de perles pour que certains auditeurs puissent s’approprier cette Fragilité et avoir une relation bien personnelle avec elle.

On s’en voudrait presque de tresser des couronnes de laurier à tous les albums de Dominique A mais au vu de l’incroyable série en cours, on ne peut qu’acter qu’une des grandes discographies francophones, sans doute la plus passionnante de notre époque, s’écrit devant nous. Cela dit, ceci est une belle étape, pas un point final majestueux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)