Accueil > Critiques > 2005

Four Tet : Everything Extatic

mercredi 16 août 2006, par marc


"Parler de musique, c’est comme danser de la peinture". C’est ce que disait David Byrne des Talking Heads. La volonté de faire un tel site montre qu’on n’adhère pas complètement à cet aphorisme, mais parfois, en présence de musique électronique plus originale, on se retrouve un peu bête et à court de mots. Mon but ne sera pas de décrire mais d’expliquer pourquoi il faut écouter Four tet. Même si on n’est pas obligé d’aimer (il ne manquerait plus que ça), il faut quand même savoir que ça existe.

Traditionnellement, la musique électronique donne une image désincarnée, robotique (sans tomber dans le panneau du haut ridicule de Daft punk), mais ici, c’est à un versant plus humain, jazz, voire même organique auquel on a droit. Ce qui étonne le plus, les compositions organiques sont obtenues à base d’instruments purement électroniques (les cloches dans High fives).

Les rythmiques sont tout sauf robotiques, évoquant souvent ces précurseurs de Can (A joy, Sun drums and soil) ou du free-jazz. De petites pauses plus atmosphériques sont également prévues (Clouding, And the patterns), histoire de pouvoir se replonger plus profondément la transe Hallucinée de Sleep, eat food, have visions.

J’ai toujours eu un failble pour les roulements de batterie. quand ils sont à la fois délirants et discrets, c’est chouette comme tout (Turtle turtle up), surtout quand la simplicité revient juste à temps pour accompagner une montée.

Précisons finalement que le tout n’est pas hermétique pour deux balles, que Four tet a déjà fait la première partie de Radiohead et qu’il emmène son petit laboratoire sonore au Pukkelpop. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)